Forum du magazine Keltia
Bienvenu(e) sur le Forum de Keltia Magazine




 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Accés au site de Keltia
Page Facebook
Google + Keltia
Navigation rapide
 Culture moderne
   Agenda
   Musique
   Voyages
   Sports

   Histoire
   Artisanat
   Traditions

Amis et Partenaires

Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» Projet BD Cuchulainn
Sam 24 Juin 2017 - 8:25 par carantia

» Trophé Ronsed Mor 2017
Mer 10 Mai 2017 - 5:50 par carantia

» Keltia n° 42 est paru !
Sam 6 Mai 2017 - 7:36 par carantia

» Suivez nous au Pays des Contes avec Remy Cochen
Jeu 4 Mai 2017 - 9:33 par carantia

» Découverte d'une nécropole en Angleterre de La Tène
Dim 26 Mar 2017 - 6:57 par carantia

» PALEO YOGA /-2500/+1200
Mer 8 Mar 2017 - 14:05 par basulos

» Les Derniers Trouvères
Lun 6 Mar 2017 - 12:15 par carantia

» Printemps littéraire d'Erdeven - Contes & légendes de Bretag
Dim 26 Fév 2017 - 13:05 par carantia

» Conférence Jean-Paul Savignac à Erdeven (56), le 25 février 2017
Dim 26 Fév 2017 - 10:45 par carantia

» Conférence de Bernard Sergent à Paris, le 27 février 2017
Jeu 16 Fév 2017 - 7:00 par carantia

» Keltia Magazinbe n° 41
Dim 5 Fév 2017 - 14:12 par carantia

» Les fermes gauloises de Kervouyec (Quimper / Finistère)
Dim 15 Jan 2017 - 9:47 par Catusagios

» La ferme gauloise de Vitré
Dim 15 Jan 2017 - 9:45 par Catusagios

» Le livre de la jungle en breton !
Mer 4 Jan 2017 - 8:27 par carantia

» AFC du Pays Vénète
Lun 2 Jan 2017 - 7:49 par carantia

» Stand AFC du Pays Vénète au Marché de Noël d'Erdeven
Jeu 15 Déc 2016 - 16:59 par carantia

» La Bretagne menacée par des projets de forages miniers !!!
Mer 14 Déc 2016 - 17:10 par carantia

» "Les Plantes sacrées dans l'Imaginaire celtique", Pascal Lamour
Sam 10 Déc 2016 - 17:31 par carantia

» Elections Bretonnes pour le Parlement de Bretagne
Mer 30 Nov 2016 - 8:03 par carantia

» Pétition pour Alesia
Mar 15 Nov 2016 - 7:12 par carantia


Partagez | 
 

 Une nouvelle vision de l’origine des Celtes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Catusagios
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 1045
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: Une nouvelle vision de l’origine des Celtes   Mar 21 Jan 2014 - 14:53


Une nouvelle vision de l’origine des Celtes


Frederic Morvan

A propos de l'auteur :

Frédéric Morvan est agrégé d'histoire en 1994, docteur en histoire en 2007. Il a été chargé de recherches au CNRS, professeur en IUFM. Il est administrateur de l'Institut Culturel de Bretagne et vient de fonder avec d'autres historiens de la Bretagne le Centre d'histoire de Bretagne http://www.centre-histoire-bretagne.com/.

Les celtes font partie des peuples qui façonnèrent l’Europe. Ils nous sont connus essentiellement grâce aux écrits grecs et romains, notamment ceux de Jules César. De nouvelles recherches scientifiques ont récemment permis de remettre en cause la théorie de l’origine unique de la civilisation celtique. L’image que nous nous en faisons serait-elle erronée ?

Voici quelques 2 500 ans, pour être plus exact, en 517 avant Jésus Christ, le grec Hécatée de Milet évoquait l’existence des Keltoï, populations qui n’appartenaient pas à son monde, celui du bassin méditerranéen et qui vivaient dans un vaste ensemble s’étendant de l’océan atlantique à la plaine hongroise. Les Romains les nommèrent les Celtae (Celtus au pluriel). C’est Jules César, dans ses commentaires de la guerre des Gaules (58 av. J.C.), qui nous fournit le plus de précisions : la Gaule se divisait, selon lui en trois parties, l’une habitée par les Belges, une autre par les Aquitains et la troisième par ceux qui se nommaient dans leur propre langue les Celtes et dans la nôtre les Gaulois. Bref, les Celtes doivent leur appellation à une description externe. Le territoire où ils vécurent n’a livré que très peu d’écrits ; leur culture étant principalement orale. Par ailleurs, les Celtes comprenaient en fait une multitude de peuples, cent à cent cinquante, ils ne connurent pas vraiment d’unité politique. Ils ne définissaient pas eux-mêmes comme Celtes, comme Gaulois, mais comme des Eduens, des Arvernes, etc… portant le nom de leur tribu, noms qui seront repris à l’époque gallo-romaine ou brito-romaine pour définir les cités (civitates), circonscriptions secondaires, mais essentielles de l’Empire romain.


Statuette celte du musée de Bretagne (Rennes) source: celts/wikipedia

Des origines controversées

Peut-on trouver malgré tout une unité dans leurs origines ? La théorie prévalant jusqu'à peu mentionnait que les Celtes, appartenaient aux Indo-européens et provenaient de l’expansion de populations de la culture dite « des champs d’urnes ». Cette culture doit son nom à son mode funéraire pratiquant la crémation plutôt que l’inhumation. Elle se développa et domina l’Europe centrale à la fin de l’âge du bronze et au début de l’âge de fer (1200 à 750 av. J.C.). L’usage du fer qui s’y imposa aux dépens du bronze aurait permis des avancées agricoles importantes menant à un essor démographique qui engendra une surpopulation et des migrations vers l’Ouest, notamment vers l’Espagne et les îles britanniques. L’âge de fer en Europe correspondrait à la période celtique et se divise en deux phases qui portent les noms de deux grands sites archéologiques dits celtes, Hallstatt et La Tène. Celui d’Hallstatt, dans le Salzkammergut en Autriche, situé près de mines très riches de sel gemme, révéla un nombre si considérable de données archéologiques qu’en 1872, il donna son nom au premier âge de fer (entre 800 et 500 avant J.C.). Le site de La Tène, au Nord-est du lac de Neuchâtel en Suisse, fournit non seulement plus de 2 500 objets (en bronze, en fer et en or) aux fouilleurs du XIXe siècle mais aussi l’appellation du second âge de fer allant du Ve siècle avant J.C. à la conquête romaine au Ier siècle toujours avant Jésus Christ. Ce dernier âge serait marqué par des activités clairement guerrières mais aussi commerciales. La différence entre les deux âges proviendrait de la réorganisation des circuits commerciaux avec l'essor du monde méditerranéen.

A partir de trois grands foyers, Champagne-Ardenne, Rhénanie (y compris La Tène), Autriche-Bohême (toujours Hallstatt), les Celtes se seraient diffusés et installés par migrations dans l'ensemble de l'Europe (siège de Rome en – 386, prise de Delphes en -279, les Galates en Asie mineure en – 275, invasion de ce qui allait devenir la Gaule et l’Espagne vers – 500). Les différentes vagues migratoires celtiques s’étalant sur près d’un millier d’années auraient repoussé de plus en plus vers le Nord des populations celtes antérieurement installées.

Très récemment (les publications n’ayant débuté qu’au début du XXIe siècle), des recherches dirigées au départ par le professeur britannique John T. Koch rejoint ensuite par le professeur sir Barry Cunliffe ont été menées sous le nom de projet : Ancient Britain and the Atlantic zone, soit Abrazo, signifiant étreinte en espagnol. Ces études, se reposant sur l’archéologie, la philologie, la génétique, et aidées bien sûr de l’informatique, mentionnent que la Celtization, c’est-à-dire la culture dite celte, serait venue non de l’Est, mais plutôt de l'Ouest. La culture celte viendrait donc de la zone atlantique (îles britanniques, côtes de la Manche et de l’Atlantique). De plus, ces migrations auraient eu lieu  à une époque antérieure à l'âge de fer, avant Hallstatt et la Tène. The Atlantic Bronze Age aurait été une période très florissante pour ce territoire qui aurait bénéficié de relations commerciales importantes avec toute l'Europe et le monde méditerranéen. Il ne faut pas oublier que le bronze est élaboré à partir du cuivre et de l'étain, et l'arc atlantique est très riche en étain. L’équipe de John Koch et Barry Cunliffe ne remet pas en question l'importance de Hallstatt et de La Tène, mais montre un déplacement de la puissance économique, et donc de la richesse, à partir du XIIe siècle (avec l'âge de fer) vers les régions d'Europe centrale productrices de fer et plus proches de la grande zone de consommation que représentait le bassin méditerranéen en pleine expansion. Les raisons de cette transformation proviendraient d’une conjoncture difficile : éruption volcanique (en Islande de l’Helka en -1159), séismes, raids de nouvelles populations dotées d’armes plus efficaces (en fer).

Par ces très récentes recherches,

1-    Il faut comprendre maintenant que le complexe atlantique (culture médio-atlantique, soit de la région Atlantique moyenne, allant de l’Espagne à la Norvège) n’est pas débitrice de la culture « laténienne » (culture nord-alpine, soit de la région au sens large du Nord du massif alpin) considérée comme le cœur du monde celtique. Les deux cultures sont étroitement liées possédant des éléments communs (matériels archéologiques et linguistiques).

2-    Il faut reconnaître que la culture laténienne a été tributaire de substrats antérieurs à l’époque de l’âge de fer, mais aussi à des substrats très occidentaux et différents du complexe nord-alpin.

3-    Il ne faut plus parler de Centres (culture de Hallstatt et laténienne) et de  Périphéries. Il faut renoncer à l’idée très répandue d’une diffusion à partir du mythique berceau civilisateur laténien ou « celtique ». Cette diffusion centrifuge n’a jamais existé.

En fait, il faut reconnaître un processus interculturel multipolaire issu d’une circulation très importante et très ancienne de personnes, de biens et d’idées, sans qu’aucun centre principal ne se distingue. Il s’agit davantage d’une construction en mosaïque, aux identités et traditions diverses mais en interactions.

4-    A partir du Ve siècle av. JC., les convergences ont pris le pas sur les divergences laissant croire (au moment du second âge de fer) à une seule et même civilisation que les archéologues et historiens du XIXe siècle ont nommé la civilisation de la Tène ou civilisation celtique. Le problème est de savoir comment ont été réalisées ces convergences.

5-    En fait, il n’y aurait pas un peuple celte mais une juxtaposition de peuples possédant des langues variées issues d’une très longue histoire.


Un peuple nommé Keltoi -source: http://www.wales.ac.uk/Resources/Documents/Research/ODonnell.pdf

Une riche culture d’artisans et de commerçants plus qu’une civilisation guerrière

L’origine de cette langue devait être commune, mais elle a évolué différemment d’une région à une autre, à l’instar du français, de l’espagnol, du roumain actuel par rapport à leurs origines latines. La vision du « celte » guerrier est aussi à remettre en question. Il était autant guerrier que les autres populations de l’Antiquité. César a mis en valeur ce caractère pour rehausser son propre prestige, mais aussi pour justifier sa violente conquête de la Gaule. En fait, les populations étaient composées surtout de commerçants et d’artisans, disposant d’un degré technologique avancé. L’archéologie a permis l’excavation de dizaines de milliers d’artéfacts provenant des peuples dits « celtiques », révélant non seulement une richesse qui n’a pu que susciter les convoitises d’un César toujours en quête d’argent, mais encore l’existence d’achats massifs d’objets étrangers (surtout étrusques et grecs), et donc de pratiques commerciales et de navigation (fluviale et maritime), sans compter la présence d’une aristocratie capable de les acheter. Comme partout ailleurs, le polythéisme domine et le panthéon comprend environ quatre cents divinités.

Les relations de ces populations avec leur environnement extérieur devaient être déjà très importantes à la veille de la conquête romaine. En effet, en moins d’un demi-siècle après cette conquête, culture, tradition et religion dites « celtes » vont s’emparer des apports italiens, dont bien sûr le latin. Les populations pratiqueront en effet un parler maintenant plutôt mixte. Les populations perdront progressivement alors leur spécificité propre (langage, tradition) qui se diluera dans la culture romaine.

Source : http://www.mysciencework.com/news/7423/une-nouvelle-vision-de-l-origine-des-celtes
Revenir en haut Aller en bas
http://www.keltia-magazine.com
 
Une nouvelle vision de l’origine des Celtes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une nouvelle vision des choses?
» Une nouvelle vision de l'Homme
» Une nouvelle vision de l’univers inspirée de Sakharov, par Jean-Pierre Petit (Partie 1)
» Sujet sur la pensée humaniste
» Ovnis : Une nouvelle vision de la réalité par Philippe SOLAL, Professeur agrégé de Philosophie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du magazine Keltia :: Culture Ancienne :: Archéologie-
Sauter vers: