Forum du magazine Keltia
Bienvenu(e) sur le Forum de Keltia Magazine




 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Accés au site de Keltia
Page Facebook
Google + Keltia
Navigation rapide
 Culture moderne
   Agenda
   Musique
   Voyages
   Sports

   Histoire
   Artisanat
   Traditions

Amis et Partenaires

Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» Projet BD Cuchulainn
Sam 24 Juin 2017 - 8:25 par carantia

» Trophé Ronsed Mor 2017
Mer 10 Mai 2017 - 5:50 par carantia

» Keltia n° 42 est paru !
Sam 6 Mai 2017 - 7:36 par carantia

» Suivez nous au Pays des Contes avec Remy Cochen
Jeu 4 Mai 2017 - 9:33 par carantia

» Découverte d'une nécropole en Angleterre de La Tène
Dim 26 Mar 2017 - 6:57 par carantia

» PALEO YOGA /-2500/+1200
Mer 8 Mar 2017 - 14:05 par basulos

» Les Derniers Trouvères
Lun 6 Mar 2017 - 12:15 par carantia

» Printemps littéraire d'Erdeven - Contes & légendes de Bretag
Dim 26 Fév 2017 - 13:05 par carantia

» Conférence Jean-Paul Savignac à Erdeven (56), le 25 février 2017
Dim 26 Fév 2017 - 10:45 par carantia

» Conférence de Bernard Sergent à Paris, le 27 février 2017
Jeu 16 Fév 2017 - 7:00 par carantia

» Keltia Magazinbe n° 41
Dim 5 Fév 2017 - 14:12 par carantia

» Les fermes gauloises de Kervouyec (Quimper / Finistère)
Dim 15 Jan 2017 - 9:47 par Catusagios

» La ferme gauloise de Vitré
Dim 15 Jan 2017 - 9:45 par Catusagios

» Le livre de la jungle en breton !
Mer 4 Jan 2017 - 8:27 par carantia

» AFC du Pays Vénète
Lun 2 Jan 2017 - 7:49 par carantia

» Stand AFC du Pays Vénète au Marché de Noël d'Erdeven
Jeu 15 Déc 2016 - 16:59 par carantia

» La Bretagne menacée par des projets de forages miniers !!!
Mer 14 Déc 2016 - 17:10 par carantia

» "Les Plantes sacrées dans l'Imaginaire celtique", Pascal Lamour
Sam 10 Déc 2016 - 17:31 par carantia

» Elections Bretonnes pour le Parlement de Bretagne
Mer 30 Nov 2016 - 8:03 par carantia

» Pétition pour Alesia
Mar 15 Nov 2016 - 7:12 par carantia


Partagez | 
 

 «Egtved girl»: l'histoire d'une femme de l'Age de bronze

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Catusagios
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 1045
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: «Egtved girl»: l'histoire d'une femme de l'Age de bronze   Sam 23 Mai 2015 - 7:27

«Egtved girl»: l'histoire d'une femme de l'Age de bronze



La jeune femme reposait dans un tronc de chêne évidé, enroulée dans une peau de bœuf.
Image: domaine public

Quelque 2400 km parcourus en quinze mois, un décès à plus 800 km de sa région natale: les restes d'une femme de l'Age de bronze ont parlé et racontent l'histoire de la vie d'une femme préhistorique.

La dépouille de la jeune femme, décédée entre 16 et 18 ans, avait été découverte en 1921 dans le village danois de Egtved. Elle reposait dans un tronc de chêne évidé, enroulée dans une peau de bœuf depuis l'été 1370 avant J-C.

C'est l'étude de ses cheveux, de ses dents, ses ongles et ses vêtements, très bien conservés, qui a permis de retracer l'itinéraire de cette femme emblématique de l'âge de Bronze, selon une étude publiée jeudi dans Scientific Reports (Nature). Une véritable enquête scientifique qui permet «pour la première fois de suivre aussi précisément les déplacements» d'un de nos ancêtres de la Préhistoire.

Originaire de la Forêt-Noire
Surnommée l'«Egtved girl», du nom du village danois où son cercueil a été découvert, elle n'en serait pourtant pas originaire, contrairement à ce que l'on a longtemps cru. Selon cette étude, elle serait née en Allemagne, à des centaines de kilomètres de son lieu de sépulture.

«L'analyse des premières molaires de la jeune femme nous permet de dire que "l'Egtved girl" est née et a vécu ses premières années dans une région géologiquement différente de la péninsule du Jutland au Danemark (où se trouve Egtved)», précise Karin Margarita Frei du Musée national du Danemark, coauteur de cette étude.

En analysant le strontium, un composant chimique contenu dans les aliments ingérés et qui s'incorpore dans l'émail des dents, les chercheurs ont ainsi défini son lieu d'habitation au moment de la formation de ses dents. Une sorte de GPS pour les scientifiques. Pour eux, la jeune femme est originaire de la Forêt-Noire, au sud-ouest de l'Allemagne, à plus de 800 km de son lieu de décès.

Alliance entre deux familles
L'analyse des vêtements dans lesquels elle a été inhumée, un haut court en laine et une jupe formée de bandelettes de laine et de peau de bœuf, permet de déterminer qu'ils ont été fabriqués hors du Danemark. «Les moutons qui ont fourni la laine ont brouté dans des pâturages ayant les mêmes caractéristiques géologiques que ceux de la Forêt-Noire», note Karin Margarite Frei.

«Je pense que cette jeune Allemande a été donnée en mariage à un homme du Jutland pour forger une alliance entre deux grandes familles», précise Kristian Kristiansen de l'Université de Copenhague, également coauteur de l'étude. A l'Age de bronze, les relations entre le Danemark et le sud de l'Allemagne étaient étroites, notamment en raison du commerce de l'ambre et du bronze.

Très long voyage
Les restes de ses cheveux, longs de 23 cm, ont permis de retracer ses déplacements mois par mois durant les deux dernières années de sa vie. Les caractéristiques chimiques des cheveux et des ongles peuvent en effet véhiculer des informations sur l'emplacement de la personne au moment où ils ont poussé.

Dans le cas de la jeune femme, la partie la plus récente de ses cheveux (correspondant aux 4 à 6 derniers mois de sa vie) et de ses ongles indique qu'elle a fait un très long voyage peu avant sa mort.

«Environ 15 mois avant sa mort, la jeune femme était dans la région de sa naissance. Elle part ensuite dans la région du Jutland. Après 9 mois passés là-bas, elle revient dans sa région natale pour y rester 4 à 6 mois, puis repart pour Egtved, un mois avant d'y mourir», explique Karin Margarita Frei. Parcourant, en 15 mois, près de 2400 km, soit l'équivalent de la distance séparant Paris de la Finlande.

L'«Egtved Girl» vue par le Musée National du Danemark


Source : http://www.24heures.ch/culture/egtved-girl-histoire-dune-femme-lage-bronze/story/30386849
Revenir en haut Aller en bas
http://www.keltia-magazine.com
Catusagios
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 1045
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: La prêtresse du Soleil allemande est allée mourir au Danemark   Sam 23 Mai 2015 - 7:42

La prêtresse du Soleil allemande est allée mourir au Danemark


La célèbre tombe danoise de la "fille d'Egtved", vieille de 3400 ans, a révélé une partie de ses secrets. Son occupante était une jeune noble immigrée...

C'était il y a près de 3400 ans. Les civilisations minoenne et mycénienne s'effondraient en Crète et en Grèce, le pharaon hérétique Akhenaton et son épouse Néfertiti allaient bientôt naître en Egypte, et les tout premiers Gaulois s'apprêtaient à s'installer dans ce qui est aujourd'hui la France. Le monde n'avait alors rien à voir avec l'antiquité classique des Grecs, des Romains et des Gaulois avec laquelle nombre d'entre nous sont familiers. C'était l'âge du Bronze, et la plupart des civilisations et des peuples qui vivaient en Europe ont été oubliés ou sont très mal connus.

Vers -1390 naît une fille, quelque part près de l'actuelle Forêt Noire (Allemagne). A quelle tribu appartenait-elle, on n'en a aucune idée. En fait, on ne connaissait jusqu'ici pratiquement rien sur ses origines. En revanche, on connaît le lieu de son inhumation : près d'Egtved, petite ville du sud du Danemark. C'est en 1921 que sa tombe y a été découverte, avec à l'intérieur un grand cercueil de chêne.

Là gisaient les restes de la jeune fille, avec une partie de ses possessions. De son corps, il ne restait que les cheveux, les dents, les ongles, le cerveau et un peu de peau. Elle portait une petite tunique et une jupe de corde descendant jusqu'aux genoux, décorée d'une boucle de ceinture de bronze avec une spirale gravée. Elle avait des anneaux de bronze aux bras, et un anneau dans l'oreille. A sa ceinture, un peigne de corne. A ses pieds, un récipient fait d'écorce, dont l'analyse a montré qu'il contenait une sorte de bière à base de myrte des marais, d'airelles, de tilleul et de miel. On a également retrouvé les restes calcinés et quelques os d'un enfant de cinq ou six ans.

Depuis, la science a fait parler ces restes. On sait par exemple que la "fille d'Egtved" a été enterrée durant l'été de l'an 1370 avant notre ère. Elle avait alors entre 16 et 18 ans. Elle était mince, mesurait 1m60, avait les cheveux blonds et assez courts (23cm), et des ongles soignés. Ses parures montrent qu'elle faisait partie de la classe dirigeante de l'époque, et sa boucle de ceinture ornée d'un symbole solaire laissent penser qu'elle pouvait être une sorte de prêtresse du dieu Soleil, révéré par les civilisations européennes de l'âge du Bronze.



Une nouvelle étude, qui vient d'être publiée dans la revue Scientific Reports, apporte de nouveaux éléments sur la "fille d'Egtved". Grâce à des analyses de ses restes et des objets présents dans la tombe, les chercheurs de l'université de Copenhague ont pu reconstituer les déplacements de la jeune femme, et ce depuis sa naissance. En effet, certains éléments (dont les isotopes de strontium) présents dans les tissus humains permettent de connaître assez précisément le lieu où une personne a vécu à une époque donnée de sa vie.

Grâce à tout cela, l'équipe a pu déterminer que la "fille d'Egtved" (de même que l'enfant incinéré) était née loin du lieu de sa sépulture : quelque part dans la Forêt Noire allemande, à 800 kilomètres de là. C'est de cette région que venaient aussi les tissus qui l'ont accompagnée dans son dernier voyage... qui n'était pas le premier.

"J'ai analysé les signatures isotopiques du strontium de l'émail d'une de ses premières molaires, qui était pleinement formée lorsqu'elle avait trois ou quatre ans, et les analyses nous disent qu'elle est née et a vécu ses premières années dans une région géologiquement plus ancienne et différente de la péninsule du Jutland au Danemark", explique Karin Margarita Frei, du musée national du Danemark, auteur principal de l'étude. En analysant également les signatures du strontium dans ses cheveux, les chercheurs ont déduit qu'elle avait effectué un long voyage peu avant sa mort.

"Si l'on considère les deux dernières années de sa vie, nous pouvons voir que de 13 à 15 mois avant sa mort, elle est restée en un endroit avec une signature isotopique très similaire à celle qui caractérise la région où elle est née. Ensuite, elle est allée dans une autre région qui pourrait bien avoir été le Jutland. Après une période de 9 à 10 mois là-bas, elle est retournée dans la région dont elle était originaire, et y est restée entre 4 à 6 mois avant d'aller rejoindre Egtved, où elle devait décéder un mois plus tard," détaille la scientifique. La laine de ses vêtements, le tissu qui la recouvrait, la peau de boeuf sur laquelle elle était étendue ont également fourni de précieux renseignements afin d'établir ce scénario.

A l'âge du bronze, il y avait donc des relations proches entre l'actuel Danemark et le sud de ce qui est aujourd'hui l'Allemagne, le premier échangeant son ambre contre le bronze du second. Selon le professeur Kristian Kristiansen, de l'université de Gothenburg, ces deux régions étaient à l'âge du Bronze "deux centres dominants de pouvoir, très similaires à des royaumes. Nous avons trouvé de nombreuses connexions directes entre les deux dans les découvertes archéologiques, et je suppose que la "fille d'Egtved" était une Allemande du sud donnée en mariage à un homme du Jutland pour forger une alliance entre deux familles puissantes", et sécuriser ainsi les routes commerciales du bronze et de l'ambre.

On le voit, les études pluridisciplinaires sur des découvertes archéologiques comme la tombe de la "fille d'Egtved" permettent de déboucher sur des résultats fascinants. Mais il reste encore des points d'ombre dans l'histoire de cette jeune noble. Par exemple, on ne sait pas de quoi elle est morte. Ou encore, d'où venait l'enfant dont on a retrouvé les restes dans sa tombe : il était trop âgé pour être son fils. Etait-il son frère ? Une victime sacrificielle ? Une prochaine recherche nous apportera peut-être d'autres réponses.

Crédit photos :

- Le "cercueil de chêne" (Tommy Hansen via Wikimedia Commons)

- Vue de la tombe de la "fille d'Egtved" (Musée national du Danemark)

Source : http://espace-temps.blogs.nouvelobs.com/archive/2015/05/22/la-pretresse-du-soleil-allemande-est-allee-mourir-au-danemar-563038.html
Revenir en haut Aller en bas
http://www.keltia-magazine.com
 
«Egtved girl»: l'histoire d'une femme de l'Age de bronze
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Enterré vivant
» Cannes - 2 collégiennes se prostituent "pour le fun" et "pour l'argent"
» Jonas poésie : FEMME LIBRE
» La légende de la femme persécutée ...
» La pilosité féminine: histoire, tabou, féminisme

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du magazine Keltia :: Culture Ancienne :: Archéologie-
Sauter vers: