Forum du magazine Keltia
Bienvenu(e) sur le Forum de Keltia Magazine




 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Accés au site de Keltia
Page Facebook
Google + Keltia
Navigation rapide
 Culture moderne
   Agenda
   Musique
   Voyages
   Sports

   Histoire
   Artisanat
   Traditions

Amis et Partenaires

Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» Projet BD Cuchulainn
Sam 24 Juin 2017 - 8:25 par carantia

» Trophé Ronsed Mor 2017
Mer 10 Mai 2017 - 5:50 par carantia

» Keltia n° 42 est paru !
Sam 6 Mai 2017 - 7:36 par carantia

» Suivez nous au Pays des Contes avec Remy Cochen
Jeu 4 Mai 2017 - 9:33 par carantia

» Découverte d'une nécropole en Angleterre de La Tène
Dim 26 Mar 2017 - 6:57 par carantia

» PALEO YOGA /-2500/+1200
Mer 8 Mar 2017 - 14:05 par basulos

» Les Derniers Trouvères
Lun 6 Mar 2017 - 12:15 par carantia

» Printemps littéraire d'Erdeven - Contes & légendes de Bretag
Dim 26 Fév 2017 - 13:05 par carantia

» Conférence Jean-Paul Savignac à Erdeven (56), le 25 février 2017
Dim 26 Fév 2017 - 10:45 par carantia

» Conférence de Bernard Sergent à Paris, le 27 février 2017
Jeu 16 Fév 2017 - 7:00 par carantia

» Keltia Magazinbe n° 41
Dim 5 Fév 2017 - 14:12 par carantia

» Les fermes gauloises de Kervouyec (Quimper / Finistère)
Dim 15 Jan 2017 - 9:47 par Catusagios

» La ferme gauloise de Vitré
Dim 15 Jan 2017 - 9:45 par Catusagios

» Le livre de la jungle en breton !
Mer 4 Jan 2017 - 8:27 par carantia

» AFC du Pays Vénète
Lun 2 Jan 2017 - 7:49 par carantia

» Stand AFC du Pays Vénète au Marché de Noël d'Erdeven
Jeu 15 Déc 2016 - 16:59 par carantia

» La Bretagne menacée par des projets de forages miniers !!!
Mer 14 Déc 2016 - 17:10 par carantia

» "Les Plantes sacrées dans l'Imaginaire celtique", Pascal Lamour
Sam 10 Déc 2016 - 17:31 par carantia

» Elections Bretonnes pour le Parlement de Bretagne
Mer 30 Nov 2016 - 8:03 par carantia

» Pétition pour Alesia
Mar 15 Nov 2016 - 7:12 par carantia


Partagez | 
 

 De l'indispensable interdisciplinarité

Aller en bas 
AuteurMessage
Catusagios
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 1045
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: De l'indispensable interdisciplinarité   Jeu 8 Jan 2015 - 7:42

De l'indispensable interdisciplinarité



Depuis quand les différentes disciplines scientifiques travaillent-elles ensemble ? L'historien Denis Guthleben tente de répondre à cette épineuse question.

« Interdisciplinaire ». Le mot fait son apparition à l’aube des années 1960, peu avant son cousin « multidisciplinaire ». Puis arrive, vers la fin de la décennie, l’« interdisciplinarité » elle-même, avant la « multi » et la « transdisciplinarité » qui naissent dans les premières années 1970. Éclosions quasi simultanées qui, a priori, forment du pain béni pour l’historien : voilà un objet circonscrit, que l’on pourrait cerner d’un seul regard sur le demi-siècle écoulé. Et peu importe que certains dictionnaires en fassent des synonymes, tandis que d’autres introduisent des nuances – souvent divergentes, parfois énigmatiques : l’interdisciplinarité est quinquagénaire, point final. Ou presque…

Car si l’on délaisse le vocabulaire pour s’intéresser à la réalité qu’il recouvre, l’affaire se corse. Pas d’interdisciplinarité sans réflexion sur le découpage des connaissances, c’est-à-dire sur l’émergence des disciplines : on passe alors d’une cinquantaine de bougies à… plusieurs centaines ! Et l’on pourrait même aller plus loin : pas d’interdisciplinarité sans s’interroger sur la question de l’unité du savoir. Cette fois-ci, c’est toute l’Histoire qu’il faudrait convoquer, en assistant au long cortège de ceux qui, ici ou ailleurs, d’hier à aujourd’hui, l’ont posée : un défilé interminable de philosophes antiques, de savants médiévaux, d’humanistes… Bacon y devancerait Comenius, Leibniz, Fontenelle, les Encyclopédistes, Humboldt, Comte – liste non exhaustive, on l’aura compris !

L’interdisciplinarité, une impérieuse nécessité

Face à d’aussi prestigieuses Panathénées, on pourrait avancer que, dans le domaine de l’interdisciplinarité – comme dans beaucoup d’autres… –, notre époque n’a rien inventé, et que des méditations que nous estimons très contemporaines ont en réalité animé les siècles. Le constat est le même en resserrant la perspective à la seule histoire du CNRS : dès les années 1920, ses pères fondateurs ont encouragé le rapprochement des disciplines, au sein de quelques instituts tout d’abord – la biologie, la physique et la chimie à l’IBPC, l’astronomie et la physique à l’IAP – avant de tenter un élargissement à l’échelle nationale avec la création du Centre en 1939. Et les discussions qui les animaient demeurent d’une actualité saisissante.

"La spécialisation et le fractionnement des disciplines atteignent des sommets inconnus auparavant."

Pourtant, le contexte a bien changé : depuis le milieu du XXe siècle, les disciplines se sont multipliées à l’extrême, de même que les technologies auxquelles elles font appel et que les connaissances qu’elles produisent. La spécialisation et le fractionnement atteignent des sommets inconnus auparavant. Dans certains domaines, ils frisent la caricature : le champ y est si étroit, le jargon si exclusif, que les scientifiques finissent par s’y enfermer comme dans des prisons, ou dans les étages d’une tour de Babel où plus personne n’est en mesure de comprendre son voisin. L’interdisciplinarité apparaît alors comme une impérieuse nécessité, sous peine de dislocation.

Le CNRS en particulier a vu les initiatives proliférer. Aux instituts bâtis dans les premières décennies –une interdisciplinarité "dans les murs" – ont ensuite succédé des programmes – une interdisciplinarité "hors les murs". Les premiers d’entre eux, les « programmes interdisciplinaires de recherche » (PIR), sont nés à partir des années 1970 autour du développement de l’énergie solaire (PIRDES), des médicaments (PIRMED) ou de l’environnement (PIREN). Plus récemment, depuis 2011, le flambeau a été repris par la Mission pour l’interdisciplinarité, entre autres au travers des « défis » qu’elle accompagne. Et conformément à une ambition résumée par l’un des directeurs généraux du CNRS, François Kourilsky, disparu en 2014 et auquel l’établissement vient de rendre hommage : « S’il a fallu se spécialiser pour apprendre, il faut savoir s’ouvrir pour comprendre ».
Denis Guthleben

Source : https://lejournal.cnrs.fr/billets/de-lindispensable-interdisciplinarite
Revenir en haut Aller en bas
http://www.keltia-magazine.com
 
De l'indispensable interdisciplinarité
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le GAJA est-il indispensable?
» Musique indispensable à une bonne journée.
» Support matériel indispensable
» La soutane est indispensable pour un prêtre catholique
» Est-il indispensable de LIRE les pièces de théâtre ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du magazine Keltia :: Culture Ancienne :: Histoire-
Sauter vers: