Forum du magazine Keltia
Bienvenu(e) sur le Forum de Keltia Magazine




 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Accés au site de Keltia
Page Facebook
Google + Keltia
Navigation rapide
 Culture moderne
   Agenda
   Musique
   Voyages
   Sports

   Histoire
   Artisanat
   Traditions

Amis et Partenaires

Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» Projet BD Cuchulainn
Sam 24 Juin 2017 - 8:25 par carantia

» Trophé Ronsed Mor 2017
Mer 10 Mai 2017 - 5:50 par carantia

» Keltia n° 42 est paru !
Sam 6 Mai 2017 - 7:36 par carantia

» Suivez nous au Pays des Contes avec Remy Cochen
Jeu 4 Mai 2017 - 9:33 par carantia

» Découverte d'une nécropole en Angleterre de La Tène
Dim 26 Mar 2017 - 6:57 par carantia

» PALEO YOGA /-2500/+1200
Mer 8 Mar 2017 - 14:05 par basulos

» Les Derniers Trouvères
Lun 6 Mar 2017 - 12:15 par carantia

» Printemps littéraire d'Erdeven - Contes & légendes de Bretag
Dim 26 Fév 2017 - 13:05 par carantia

» Conférence Jean-Paul Savignac à Erdeven (56), le 25 février 2017
Dim 26 Fév 2017 - 10:45 par carantia

» Conférence de Bernard Sergent à Paris, le 27 février 2017
Jeu 16 Fév 2017 - 7:00 par carantia

» Keltia Magazinbe n° 41
Dim 5 Fév 2017 - 14:12 par carantia

» Les fermes gauloises de Kervouyec (Quimper / Finistère)
Dim 15 Jan 2017 - 9:47 par Catusagios

» La ferme gauloise de Vitré
Dim 15 Jan 2017 - 9:45 par Catusagios

» Le livre de la jungle en breton !
Mer 4 Jan 2017 - 8:27 par carantia

» AFC du Pays Vénète
Lun 2 Jan 2017 - 7:49 par carantia

» Stand AFC du Pays Vénète au Marché de Noël d'Erdeven
Jeu 15 Déc 2016 - 16:59 par carantia

» La Bretagne menacée par des projets de forages miniers !!!
Mer 14 Déc 2016 - 17:10 par carantia

» "Les Plantes sacrées dans l'Imaginaire celtique", Pascal Lamour
Sam 10 Déc 2016 - 17:31 par carantia

» Elections Bretonnes pour le Parlement de Bretagne
Mer 30 Nov 2016 - 8:03 par carantia

» Pétition pour Alesia
Mar 15 Nov 2016 - 7:12 par carantia


Partagez | 
 

 « La diversité des langues enrichit la pensée »

Aller en bas 
AuteurMessage
Catusagios
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 1045
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: « La diversité des langues enrichit la pensée »   Jeu 20 Nov 2014 - 7:37

« La diversité des langues enrichit la pensée »



Est-il possible – et souhaitable – d’imposer une langue unique aux sciences humaines, comme l’anglais s’est imposé aux sciences dures ? Non, répond le «Dictionnaire des intraduisibles», dont un colloque fête cette semaine les dix ans. Selon la philosophe Barbara Cassin, à l’origine de l’ouvrage, chaque langue porte en effet une vision singulière du monde.

Le colloque international qui démarre aujourd’hui à Paris salue les dix ans de votre Vocabulaire européen des philosophies, plus connu comme Dictionnaire des intraduisibles. À quel besoin répondait cet ouvrage ?

Barbara Cassin1 : Quand j’ai lancé ce projet, à la fin des années 1990, on était aux débuts de l’Europe intellectuelle. À l’époque, et bien que la devise de l’Europe soit « L’unité dans la diversité », l’ensemble de nos langues européennes paraissaient menacées par la seule langue véhiculaire globale – le fameux « globish » (le « global english » parlé partout sur la planète). Pour avoir une chance d’obtenir des financements auprès de Bruxelles, les chercheurs en sciences sociales devaient (et doivent encore) présenter leurs dossiers de soumission dans cette novlangue ; même les organismes de recherche faisaient pression pour que nous publiions nos articles en anglais. Or la langue n’est pas seulement un moyen de communication, elle est porteuse d’une culture et d’une vision singulière du monde. Une langue n’est pas une façon différente de désigner les mêmes choses, c’est un point de vue différent sur ces choses. Prenez un mot tout simple, comme « bonjour » (bonne journée). Il ne dit pas exactement la même chose que le grec khaire (réjouis-toi, jouis), le latin vale (porte-toi bien), l’hébreu chalom ou l’arabe saalam (va en paix)… Appréhender cette diversité, c’est contribuer à préserver la richesse de la pensée.

D’aucuns prétendent qu’il y aurait des langues plus propices à la philosophie…
B. C. : C’est une idée fausse contre laquelle cet ouvrage se bat : en France - dans la France heideggérienne de mes maîtres -, on a pensé que le grec et l’allemand (qui serait encore plus grec que le grec !) étaient les seules langues possibles pour bien philosopher. S’il est vrai que c’est en Grèce, et donc en grec, qu’est née la philosophie, et que l’Allemagne a produit un bon nombre de très grands philosophes, je me méfie de ce qu’on appelle le « génie » des langues.
Le propos du dictionnaire n’est surtout pas de faire une hiérarchie entre les langues, mais de dire « voilà comment cela fonctionne dans cette langue, voilà comment cela fonctionne dans ce texte » et de construire des ponts entre ces différents univers.

Vous avez sous-titré votre ouvrage Dictionnaire des intraduisibles… Qu’est-ce qu’un intraduisible ?
B. C. : Un intraduisible, c’est un symptôme de la différence des langues. Il peut relever de la sémantique – mind, ce n’est pas tout à fait Geist, ni tout à fait « esprit » –, comme de la syntaxe et de la grammaire (le genre des noms, l’ordre des mots). Comme j’aime à le dire, c’est un mot qu’on ne cesse pas de (ne pas) traduire : un mot qu’on traduit tout le temps, mais mal, et qu’il faut retraduire. Le mot russe pravda, que les Français ont tendance à rendre par « vérité », veut d’abord dire « justice » en russe… À l’inverse, le mot « vérité » en français évoque la conformité et l’exactitude pour lesquelles le russe a un autre mot, istina. Au total, dans le dictionnaire, 1 500 mots employés couramment en philosophie, pris dans leurs réseaux terminologiques, ont ainsi été explorés dans leur polysémie et mis en correspondance de langue à langue. Il a fallu plus de quinze ans pour arriver à ce résultat, et la participation de 150 collègues philosophes et traducteurs, polyglottes évidemment.

Que s’est-il passé depuis la parution des Intraduisibles, il y a dix ans ?

B. C. : Énormément de choses ! Publié d’abord à quelque 1 500 exemplaires, le dictionnaire a été un vrai succès de librairie (pour ce type d’ouvrage, NDLR) et s’est vendu à près de 15 000 exemplaires. Nous appelons aujourd’hui de nos vœux une publication en poche, mais rien n’est encore fait… Surtout, Les Intraduisibles ont séduit au-delà de nos frontières et ont donné lieu à près de dix traductions différentes. Une version ukrainienne, une version américaine et une version arabe sont déjà publiées. D’autres sont en cours, en hébreu, en roumain, en portugais du Brésil, en espagnol au Mexique, en russe, en italien, en grec, et bientôt en chinois…2 Il faudrait d’ailleurs plutôt parler d’adaptations que de traductions stricto sensu. Les Intraduisibles en arabe se sont ainsi concentrés sur le vocabulaire politique, avec des mots comme « peuple », « loi », « État » ou « sécularisation ».

D’autres projets sont-ils en cours ?

B. C. : Au-delà du dictionnaire à proprement parler, d’autres projets ont été lancés dans le même esprit. Conduit par des directeurs du patrimoine et des linguistes, Les Intraduisibles du patrimoine en Afrique subsaharienne 3 explore les manières de dire « patrimoine » et « musée », non seulement en français ou en anglais, mais aussi en peul et en bambara. Ce projet est parti du constat que les Africains ont très peu de sites classés à l’Unesco, et que le vocabulaire nécessaire pour déposer des dossiers y est peut-être pour quelque chose. Les Intraduisibles des trois monothéismes ambitionne, lui, de trouver les mots autour desquels chacun des trois livres sacrés s’enroule et les correspondances qui existent (ou pas) entre tous ces termes. Une véritable œuvre de salut public en la période que nous vivons.

Laure Cailloce

http://www.ens.fr/IMG/file/actualites/2014/14-11-19-Philo_langues-prog.pdf

Notes
1. Philologue et philosophe, Barbara Cassin est directrice de recherche émérite au Centre Léon-Robin (CNRS/Univ. Paris-Sorbonne/ENS).
2. Un recueil rassemblant les préfaces de ces ouvrages et de nouveaux articles paraît ces jours-ci aux Éditions Rue d’Ulm : Philosopher en langues. Les intraduisibles en traduction.
3. L’ouvrage, dirigé par Barbara Cassin et Danièle Wozny, paraît également ces jours-ci chez Démopolis.
Source : https://lejournal.cnrs.fr/articles/la-diversite-des-langues-enrichit-la-pensee
Revenir en haut Aller en bas
http://www.keltia-magazine.com
 
« La diversité des langues enrichit la pensée »
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La parole et les pensées
» Le pouvoir de la pensée ou la mémoire de l'eau
» Une Tite Pensée pour mon Ami Gilou qui est sur le billard !
» une pensée pour ma maman
» Huit pensées d'un grand etre: Kalou Rinpoche

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du magazine Keltia :: Culture Ancienne :: Linguistique-
Sauter vers: