Forum du magazine Keltia
Bienvenu(e) sur le Forum de Keltia Magazine




 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Accés au site de Keltia
Page Facebook
Google + Keltia
Navigation rapide
 Culture moderne
   Agenda
   Musique
   Voyages
   Sports

   Histoire
   Artisanat
   Traditions

Amis et Partenaires

Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» Projet BD Cuchulainn
Sam 24 Juin 2017 - 8:25 par carantia

» Trophé Ronsed Mor 2017
Mer 10 Mai 2017 - 5:50 par carantia

» Keltia n° 42 est paru !
Sam 6 Mai 2017 - 7:36 par carantia

» Suivez nous au Pays des Contes avec Remy Cochen
Jeu 4 Mai 2017 - 9:33 par carantia

» Découverte d'une nécropole en Angleterre de La Tène
Dim 26 Mar 2017 - 6:57 par carantia

» PALEO YOGA /-2500/+1200
Mer 8 Mar 2017 - 14:05 par basulos

» Les Derniers Trouvères
Lun 6 Mar 2017 - 12:15 par carantia

» Printemps littéraire d'Erdeven - Contes & légendes de Bretag
Dim 26 Fév 2017 - 13:05 par carantia

» Conférence Jean-Paul Savignac à Erdeven (56), le 25 février 2017
Dim 26 Fév 2017 - 10:45 par carantia

» Conférence de Bernard Sergent à Paris, le 27 février 2017
Jeu 16 Fév 2017 - 7:00 par carantia

» Keltia Magazinbe n° 41
Dim 5 Fév 2017 - 14:12 par carantia

» Les fermes gauloises de Kervouyec (Quimper / Finistère)
Dim 15 Jan 2017 - 9:47 par Catusagios

» La ferme gauloise de Vitré
Dim 15 Jan 2017 - 9:45 par Catusagios

» Le livre de la jungle en breton !
Mer 4 Jan 2017 - 8:27 par carantia

» AFC du Pays Vénète
Lun 2 Jan 2017 - 7:49 par carantia

» Stand AFC du Pays Vénète au Marché de Noël d'Erdeven
Jeu 15 Déc 2016 - 16:59 par carantia

» La Bretagne menacée par des projets de forages miniers !!!
Mer 14 Déc 2016 - 17:10 par carantia

» "Les Plantes sacrées dans l'Imaginaire celtique", Pascal Lamour
Sam 10 Déc 2016 - 17:31 par carantia

» Elections Bretonnes pour le Parlement de Bretagne
Mer 30 Nov 2016 - 8:03 par carantia

» Pétition pour Alesia
Mar 15 Nov 2016 - 7:12 par carantia


Partagez | 
 

 Imbolc

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Atrectiana
Maitre Posteur
Maitre Posteur
avatar

Nombre de messages : 79
Age : 35
Localisation : Bituriges Vivisques
Date d'inscription : 13/10/2006

MessageSujet: Imbolc   Jeu 31 Jan 2008 - 17:48

Ca y est le jeûn est rompu Smile (depuis 1 h déjà..)

Bonne fête d'Imbolc à tous !
Revenir en haut Aller en bas
carantia
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 1179
Age : 52
Localisation : Bro Gwened
Date d'inscription : 03/10/2006

MessageSujet: Re: Imbolc   Ven 1 Fév 2008 - 6:19

Bonne fête et bonnes crêpes Wink

_________________
Keltia, le Magazine des Celtes !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.keltia-magazine.com
Cintugnatos
Maitre Posteur
Maitre Posteur


Nombre de messages : 62
Localisation : chez les Aruerni
Date d'inscription : 03/10/2006

MessageSujet: Re: Imbolc   Ven 1 Fév 2008 - 9:06

Bonne Fête d'Imbolc !

Pour info, Imbolc est un nom irlandais et il correspond au mois d'Anagantios sur le calendrier de Coligny ...

Quant aux crêpes, mangez-en sans modération Wink

Cintu
Revenir en haut Aller en bas
Auetos
Utilisateur sachant se servir du forum
Utilisateur sachant se servir du forum


Nombre de messages : 28
Localisation : Telo Martius
Date d'inscription : 01/01/2008

MessageSujet: Re: Imbolc   Ven 1 Fév 2008 - 10:03

Bonjour à tous,

Si je peux me permettre...
Bien que, selon le calendrier de Coligny cette fête soit déjà passée depuis 13 jours, voici, selon ma lecture study , la symbolique de cette fête…

« Pureté, netteté, virginité » telle est la traduction du mot Ociomu gravé sur la Table de Coligny le 4ème jour du mid anagantio- (4ème mois du calendrier), au premier quartier de lune dans le signe du Verseau. Mot qui correspond assez bien, dans son interprétation, à *Ambiuolcaia, expression signifiant, comme Imbolc, « autour du lavage ».

Fête secondaire, car n’exigeant pas la participation du roi king et des nobles, *Ambiuolcaia est tout de même une étape importante du cycle annuel des grandes fêtes.

Annonçant le printemps flower , la couleur symboliquement associée à *Ambiuolcaia est naturellement le vert alien . Verte est la couleur du règne végétal se réaffirmant, des eaux régénératrices et lustrales, auxquelles l’immersion doit toute sa signification symbolique. Vert est l’éveil des eaux primordiales, vert est l’éveil de la vie.

*Ambiuolcaia, sous le patronage de la grande divinité féminine Brigantia, est une cérémonie de lustration et de purification par les eaux après les rigueurs et les souillures de l’hiver. On se lave, on se délivre des impuretés hivernales.
« Goûter de chaque nourriture selon l’ordre, voilà ce que l’on doit faire à Imbolc ; se laver les mains, les pieds, la tête, c’est ainsi que je le dis. » (Glossaire de Cormac)

A la même époque, en Inde, a lieu la Vasanta Panchani en l’honneur de Saraswatî, le « Flot [de la parole] », déesse de la science, du savoir, de la sagesse, de l’éloquence, patronne des arts, de la musique et de la poésie, strict équivalent de notre Brigantia.
Son nom, Saraswatî, vient du vIn saras-, Cc. sara, voulant dire « fluide », sarauos « qui coule » et, comme tel, s’applique à tout ce qui s’écoule ; à la parole et à la pensée aussi bien qu’à l’eau.
Son nom est d’ailleurs celui d’une rivière mythique qui est censée couler invisiblement au cœur du Gange.
« Les ondes salutaires de Saraswatî coulent pour nous protéger. La Déesse est pour nous comme une ville de fer. Elle va, aussi rapide qu’un char ; c’est un vaste torrent plus impétueux que tous les autres. Saraswatî est la première des rivière ; riche et pure, elle descend des collines pour couler jusqu’à la mer » (Rig Veda)

Le symbolisme du fleuve, de l’écoulement des eaux, est à la fois celui de la possibilité universelle et celui de l’écoulement des formes, celui de la fertilité, de la mort et du renouvellement. Le courant est celui de la vie et de la mort. On peut considérer, soit la descente du courant vers l’océan, soit la remontée du courant. La descente vers l’océan est le rassemblement des eaux, le retour à l’indifférenciation, l’accès au Nirvâna ; la remontée est évidemment le retour à la Source divine, au Principe.
Le fleuve d’en haut, la Sequana, est le fleuve purificateur qui s’écoule de la chevelure de déesse. Il est le symbole des eaux supérieures, mais aussi, en tant qu’il purifie tout, l’instrument de la libération. S’immerger dans les eaux c’est retourner aux sources, se ressourcer dans un immense réservoir de potentiel et y puiser une force nouvelle. Il apporte vie, force et pureté.
« Vous les Eaux, qui réconfortez, apportez-nous la force, la grandeur, la joie, la vision ! … Souveraines des merveilles régentes des peuples, les Eaux ! … Vous les Eaux, emportez ceci, ce péché quel qu’il soit, que j’ai commis, ce tort que j’ai fait à qui que ce soit, ce serment mensonger que j’ai prêté » (Rig Veda)

Dans une moindre mesure on pourrait même comparer le rite d’*Ambiuolcaia à la Kumbha-melâ, au cours de laquelle les fidèles se baignent dans les eaux sacrées de Gangâ, pour se purifier, se laver de leur karma et s’assurer une renaissance favorable.

On comprend mieux, dés lors, le lien unissant les Eaux à la déesse Brigantia, la « Très élevée [rivière du savoir] », aspect du grand fleuve cosmique d’où tout vient et où tout retourne, image de Saraswatî, de Gangâ, de Boenda, de Sequana le fleuve d’en haut qui descend verticalement, selon l’axe du monde, pour se répandre à l’horizontale à partir du centre, selon les quatre directions cardinales, jusqu’aux extrémités du monde...

Smile
Revenir en haut Aller en bas
http://www.celtiacon-certocredaron-credima.gandi-site.net/
carantia
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 1179
Age : 52
Localisation : Bro Gwened
Date d'inscription : 03/10/2006

MessageSujet: Re: Imbolc   Ven 1 Fév 2008 - 19:55

J'ai rien à ajouter à part : Bravo auetos pour tes connaissances approfondies du sujet. :bravo1:

_________________
Keltia, le Magazine des Celtes !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.keltia-magazine.com
Cintugnatos
Maitre Posteur
Maitre Posteur


Nombre de messages : 62
Localisation : chez les Aruerni
Date d'inscription : 03/10/2006

MessageSujet: Re: Imbolc   Mar 5 Fév 2008 - 16:32

Diios dagos (Bonjour) à tous !

Auetos, merci pour toutes ces précisions. cheers

Donc, si je comprends bien, les 4 grandes fêtes celtiques figées dans notre calendrier grégorien auraient toutes 13 jours de retard affraid cette année par rapport à ce qu'aurait été le calendrier des Celtes anciens ?

Je sais que ce calendrier était luni-solaire et que les dates étaient mobiles mais quels sont les critères qui permettent de restituer le calcul de la date "exacte" de la fête ? Pleine lune, nouvelle lune, 1er quartier etc. ? Et surtout, comment peut-on en avoir encore connaissance aujourd'hui et être sûr que ce soient les bons calculs ? Question
Si je demande tout cela (désolé, j'espère ne pas te mettre en difficulté) c'est que cet aspect m'intéresse beaucoup et que je veux être le plus sûr possible des sources.

Cintu
Revenir en haut Aller en bas
Auetos
Utilisateur sachant se servir du forum
Utilisateur sachant se servir du forum


Nombre de messages : 28
Localisation : Telo Martius
Date d'inscription : 01/01/2008

MessageSujet: Re: Imbolc   Mer 6 Fév 2008 - 15:36

Dagomatos diies,

Aucune difficulté Cintugnatos, le problème est que cela risque d’être un peu long. De fait je vous propose, soit d’aller jeter un œil sur mon site ou mon forum, vous y trouverez toutes les réponses à vos questions.

Pour faire rapide :

Dans un premier temps, j’ai étudié la Table de bronze de Coligny, et je me suis rendu compte que certains mots revenaient toujours au même moment durant tout le lustre.
- Dans le premier semestre, deux fêtes, les Trinoxtion samoni et Ambiuolcaia. Une au dernier quartier, l’autre au premier. Symboliquement parlant c’est logique puisque les Trinox. samoni sont dédiées aux ancêtres et au dieu chtonien Sucellos, et qu’Ambiuolcaia annonce un réveil…

- Dans le second semestre, deux fêtes (mais trois inscriptions), les deux premières Belotennia et Luginaissatis lors de pleine lune et la « troisième » lors du dernier quartier de lune du dernier mois. Là aussi, c’est logique.

Pour le départ du comptage c’est la phrase de Plutarque « … Quand l’étoile de Cronos, que nous appelons Phénon, et qui, dans cette île porte le nom de Nycture, entre dans le signe du Taureau, ce qui arrive après une révolution de trente années, ils se préparent longtemps d’avance à un sacrifice solennel … » qui m’a mise la puce à l’oreille. De là j’ai recherché la dernière apparition de Saturne dans le Taureau (1998-1999) et voilà…

Cintugnatos a écrit:
… les 4 grandes fêtes celtiques figées dans notre calendrier grégorien auraient toutes 13 jours de retard affraid cette année par rapport à ce qu'aurait été le calendrier des Celtes anciens ?
Selon mes calculs, cette année les célébrations se dérouleront comme suit :

Mid Samon- [1er mois]
at. II, III, IIII Trinoxtion samoni – 03, 04, 05 novembre 2007 (nuit) (~ dernier quartier)

Mid Anagantio- [4ème mois]
II Lugouos – 17 janvier 2008 (jour av. midi) (premier quartier) (fête quinquennale)
IIII Ambiuolcaia – 19 janvier 2008 (jour av. midi) (~ premier quartier)

Mid Simiuisonna [8ème mois]
VII, VIII, VIIII Belotennia – 19, 20, 21 mai 2008 (jour av. midi) (pleine lune)

Mid Edrini- [11ème mois]
VII > at. X Luginaissatis – du 16 août au 03 septembre 2008 (jour av. midi) (pleine lune)

Mid Cantlos [12ème mois]
XV Diolcatoi – 23 septembre 2008 (jour av. midi) (dernier quartier)

_________________
Si cela vous intéresse je peux, sans aucun frais, vous envoyer le Druuidiacto Amserolenmen (calendrier druidique) de l’année en cours. Pour cela je vous demanderai tout simplement de me le dire par mp en me donnant votre adresse e-mail.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.celtiacon-certocredaron-credima.gandi-site.net/
Cintugnatos
Maitre Posteur
Maitre Posteur


Nombre de messages : 62
Localisation : chez les Aruerni
Date d'inscription : 03/10/2006

MessageSujet: Re: Imbolc   Jeu 7 Fév 2008 - 17:14

Merci Auetos pour tous ces renseignements.

Il va falloir que je potasse maintenant...

Cintu.
Revenir en haut Aller en bas
labous-ar-vro
Utilisateur sachant se servir du forum
Utilisateur sachant se servir du forum
avatar

Nombre de messages : 26
Age : 57
Localisation : Armorique
Date d'inscription : 18/08/2011

MessageSujet: Re: Imbolc   Sam 20 Aoû 2011 - 17:30

Superbe Auetos,
merci pour cette information sur l'imbolg, pour info la fête de Santez Berc'hed a été le prolongement jusqu'à très récemment de cette fête. C'est aussi la chandeleur, en breton Gouel ar C'houlou, mot à mot la fête de la lumière, c'est la fin des mois noirs (miz Du et miz Kerzu, novembre et décembre), et pour le jardinier le retour des travaux pour préparer le potager...
Superbe votre site sur les Mabinogion, j'avais la version en anglais et la version en breton, cette dernière traduite par Fanch Elies directement du gallois, je vais pouvoir comparer avec le texte original. Je crois que la bibliothèque nationale du Pays de Galles à Aberystwyth met des textes gallois directement en ligne, j'ai chargé ainsi des anciens poèmes du "livre noir de Camarthen" entre autres Yscolan, on fait mention de Santes Ffraid, le nom gallois de Santez Berc'hed, la Brigantia dont vous parlez, mais je dois avouer que l'hermétisme des poèmes ne me permet pas d'en appréhender tout le sens, il me manque des clés, je n'ai pas été initié au druidisme paienne : connaissez vous ce poème ? En Bretagne la gwerz Skolan reprend des nombreux thèmes de ce poème, mais je sèche sur santes FFraid et le lien probable avec l'imbolg...
Merci des infos que vous pourriez me transmettre là dessus
Gwenn ho ped -- que votre monde soit blanc...
Revenir en haut Aller en bas
http://breizh-kernow.over-blog.com/
Auetos
Utilisateur sachant se servir du forum
Utilisateur sachant se servir du forum


Nombre de messages : 28
Localisation : Telo Martius
Date d'inscription : 01/01/2008

MessageSujet: Re: Imbolc   Dim 21 Aoû 2011 - 16:10

Bonjour Labous-ar-vro,

Non, je ne connais pas ce poème… surtout s’il est en gallois. Mon gros problème, comme vous venez de le deviner, est que je ne comprends que le français. A cause de cela, je passe parfois à côté de choses dès plus intéressante.

Maintenant si vous pouvez traduire ce poème en français, nous pourrons essayer d’en trouver le sens caché.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.celtiacon-certocredaron-credima.gandi-site.net/
labous-ar-vro
Utilisateur sachant se servir du forum
Utilisateur sachant se servir du forum
avatar

Nombre de messages : 26
Age : 57
Localisation : Armorique
Date d'inscription : 18/08/2011

MessageSujet: Re: Imbolc   Lun 22 Aoû 2011 - 19:44

Bonjour Auetos,
quel dilemme, moi qui me méfie des traductions me voilà devenu traducteur !... Le poème en question se compose de plusieurs chant et a été écrit aux alentours de 1250, en gallois du moyen-âge, je n'ai pas la compétence pour lire ce gallois, je peux par contre suivre le texte en gallois avec la traduction en anglais. Je vais vous le traduire mais j'aurai besoin d'un peu de temps.
En attendant si vous ne connaissez pas trop le monde brittonique (i.e breton, gallois et cornique) du moyen-âge, je vais essayer de vous le présenter brièvement pour vous faire comprendre pourquoi j'attache de l'importance à ce poème.
Alors que l'empire romain s'écroule, le christianisme s'installe en Europe et à l'extrême occident on assiste à un renouveau celtique, à l'émergence de nouveaux royaumes (Pays de Galles, Bretagne, Cornouaille), qui adapte la nouvelle religion (Christianisme Celtique et syncrétisme).
Les échanges sont permanents entre les pays au-delà de la mer, le Duc Alan IV de Bretagne est cité dans les triades galloises (on est au XI e siècle) et il faudra attendre le XVe siècle pour que les Bretons quittent en masse la Cornouaille britannique (les persécutions de la réforme religieuse).
Je vais vous présenter deux chants bretons: Gwerz Skolvan, très proche du poème Yscolan, on y retrouve certains vers !... collectés au XXe siècle !!! et un autre chant Nouel Berc'hed.
Vous comprendrez qu'en grattant un peu la couche chrétienne, on arrive à quelque chose d'intéressant sur le plan conception religieuse:

Skolvan, Skolvan, eskob Leon, ’Zo deut da greiz ul lann da chom (2x)
’Zo deut da greiz ul lann da chom e-kichen forest Kaniskan. (2x)
Pan ae mamm Skolvan da wel’t he farkoù ‘kavas an tan war an harzoù. (2x)
« - Ma bennoazh ha hini Doue d’an nep en deus o lakaet aze, ‘met ha ma mab Skolvan a ve. »
Pan ae mamm Skolvan da welet dour ‘kavas ur feunteun ‘toull he dor. (2x)
« - Ma bennoazh ha hini Doue d’an nep en deus o lakaet aze, ‘met ha ma mab Skolvan a ve. »
Pan ae mamm Skolvan da gousket Terrupl holl ‘vize okupet. (2x)
« - Piv zo aze, piv ‘da vaze ken diwezhat-se war ar vale, ‘met ha ma mab Skolvan a ve ? »
« -Tevet, ma mamm, na ouelet ket ho mab Skolvan zo deut d’ho kwelet. » (2x)
« - Mag eo ma mab Skolvan zo aze ma malloezh d’añ dont alese. » (2x)
Oe ket ar ger peurachu c’hoazh E dad-paeron a rañkontras. (2x)
« - Ma filhor paour din e laret deus a-ven oc’h deut ha men ec’h et ? » (2x)
« - Deus ar pikotoer donet a ran sag an ifern monet a ran. » (2x)
«- Ma filhor paour, deuet war ho kiz Ha me c’houlennay ‘vidoc’h eskuiz. » (2x)
« - Ya seizh vloaz zo, c’h on war ‘n henchoù E treso ma gwall basajoù. (2x)
O ya, tout holl am eus sedet Met hini ma mamm baour n’em eus ket
«- Ma filhor paour, deuet war ho kiz Ha me c’houlennay ‘vidoc’h eskuiz. » (2x)
«  - Ma c'homer baour, kriat oc'h c'hwi, Pa ne bardonet ket ho krouadur, »
«  Penaos Doue, en pardoniñ D'ar maleurioù en eus garet din ?
Lazho teir dimeus e c'hoarezed Ha laret e oant inosanted, oa ket c'hoazh oa e vrasañ pec'hed,
Seizh iliz parroz n eus entanet ya ur bern traoù en oa poazhet oa ket c'hoazh oa e vrasañ pec'hed,
« Mont en iliz ha torro holl ar gwer lazho ar beleg deus an aoter oa ket c'hoazh oa e vrasañ pec'hed,
Ma lever bihan en oa kollet, ya skrivet gant gwad hon Salver hennezh a oa e vrasañ pec'hed,
Tevet ma mamm, ne ouelet ket, Ho lever bihan n'eo ket kollet
'mañ er mor don, tregont gourhed en beg ur pesk bihan e viret
Tevet ma mamm, ne ouelet ket, mañ war an daol ront ha eñ rentet faota 'barzh ' met teir follenn c'hlebiet
Unan gant dour, un all gant gwad unan gant daeroù ho tivlagad
Ma bennoezh a ran d'am mab Skolan pan eo kavet ma lever bihan
Pa gan ar c'hog da c'houloù deiz e kana an aeled dirak Doue ha Sant Skolan a ra ivez

Skolvan, Skolvan, évêque de Léon est venu habiter au milieu d'une lande
est venu habiter au milieu d'une lande près de la forêt de Quénécan
Alors que la mère de Skolvan allait voir ses champs elle trouva des talus en feu
Ma bénédiction et celle de dieu à celui qui vous a mis là à moins que ça ne soit mon fils Skolvan
Alors que la mère de Skolvan allait chercher de l'eau elle trouva une fontaine à sa porte
Ma bénédiction et celle de dieu à celui qui vous a mis là à moins que ça ne soit mon fils Skolvan
Alors que la mère de Skolvan allait se coucheer elle était terriblement soucieuse
Qui est là, qui vient là si tard se promener, si ce n'est mon fils Skolvan ?
Taisez vous ma mère ne pleurez pas Votre fils Skolvan est venu vous voir
Si c'est mon fils Skolvan qui est là, qu'il reparte avec ma malédiction
Elle avait à peine fini de parler qu'il rencontra son parrain :
Mon pauvre filleul, dites moi : d'où venez vous où allez vous ?
Je viens du purgatoire Je vais en enfer
Mon pauvre filleul revenez sur vos pas Et je demanderai le pardon pour vous
Oui, je suis depuis sept ans sur les routes à réparer mes mauvais passages
Oui, j'ai obtenu tous les pardons sauf celui de ma pauvre mère
Mon pauvre filleul revenez sur vos pas, Et je demanderai le pardon pour vous
Ma pauvre commère que vous êtes cruelle de ne pas pardonner à votre enfant
Comment mon Dieu mlui pardonner Les malheurs qu'il m'a faits ?
Tuer trois de ses sœurs Et prétendre qu'elles sont innocentes, ce n'était pas encore son plus grand péché
Mettre le feu à sept églises et brûler un tas de choses ce n'était pas encore son plus grand péché
aller à l'église et briser tous les vitraux, Tuer le prêtre devant l'autel ce n'était pas encore son plus grand péché
Il a perdu mon petit livre Ecrit avec le sang du Sauveur ce fut là son plus grand péché
Taisez vous ma mère, ne pleurez pas Votre petit livre n'est pas perdu
Il est à trente brasses dans les profondeurs de la mer dans la bouche d'un petit poisson qui le garde
Taisez vous ma mère, ne pleurez pas Il est sur la table ronde je l'ai rendu Il n'y manque que trois feuilles mouillées :
L'une par l'eau, l'autre par le sang et une par les larmes de vos yeux
Je donne ma bénédiction à mon fils skolvan Puisque mon petit livre est retrouvé
Quand le coq chante au point du jour Les anges chantent devant Dieu st Saint Skolvan chante de même
Source (Grands interprètes de Bretagne: Marie-Josèphe Bertrand, coll. Dastum)
A mon avis on parle d'une époque où deux religions se sont affrontés, et la bible s'est imposée que parce qu'écrit avec le sang du sauveur...
Je mets le texte de la Gwerz Nouel Berc'hed dans un autre envoi
Revenir en haut Aller en bas
http://breizh-kernow.over-blog.com/
labous-ar-vro
Utilisateur sachant se servir du forum
Utilisateur sachant se servir du forum
avatar

Nombre de messages : 26
Age : 57
Localisation : Armorique
Date d'inscription : 18/08/2011

MessageSujet: Re: Imbolc   Lun 22 Aoû 2011 - 20:11

Nouel Berc’hed
(Gwerz chantée par Françoise Méhat de Laniscat (22570) et collecté par Y-F Kemener le 04-12-1982 avec ses explications :
« Dans la mythologie celtique, Brigitte était la déesse-mère, symbole de fécondité et de prospérité. En Bretagne, selon les almanachs populaires, on invoquait Santez Berc’hed pour les accouchements. Dans le Buhez sant Patrice, la mère du futur saint, sur le point d’accoucher, invoque ainsi la sainte :
Itron Santes Berhet, dec’h eneum adresan Ewit demeus ma foan donet dam dilivran !
Ma Dame Sainte Brigitte, à vous je m’adresse Pour que vous veniez me délivrer de ma peine ! (Buhez sant Patrice, I sc.6, v.476 – Joseph Dunn Champion 1909))
Pa oe Joseb ha Maria O daou e troeiñ dre ar bed-mañ, Joseb a yê a di da di Da glask loñjeris da Vari.
«Bonjour doc’h, holl dud an ti-mañ, Ha c’hwi me loñjefe amañ ? - Lan e’ ma zi a varoned, C’hwi zo paour, ‘vihet ket loñjet !
-Piv e’ honnezh ‘ya gant ar ru Gant he broñzh wenn, he mañchoù du ? Ma mab, m’a’peus true’ deusi, Kerzh war he lerc’h ha dizroet-hi,
Kerzh war he lerc’h ha dizroet-hi, Lak hi aze er ma’sosi, Lak hi aze er ma’sosi, Un tamm plouz, un tamm foenn dindanni. »
Pa gane’r c’hog da hanter-noz, Mari n’helle ket ken repos : « Joseb, Joseb, ha kousket oc’h ?- N’on ket, Mari petra a fell doc’h ?
- Ur penn-gouloù a fôt din-me Hag unan deus merc’hed an ti !
Neuzen ‘yê Joseb da doull an nor Ken truezus da c’houll digor : « Nag otroned, ha kousket oc’h? - N’on ket, Joseb, petra a fell doc’h ?
- Ur penn-gouloù ’fôt da Vari Hag unan deus merc’hed an ti.
- Et e’ ma merc’hed da gousket, ‘met unan a zo anvet Berc’hed, ‘met unan a zo anvet Berc’hed, Na ‘deus na dorn na bizied,
Na ‘deus na dorn na bizied, Na daoulagad sklêr da welet.
- Berc’hed, Berc’hed, resev ma mab, Me ‘rey doc’h-c’hwi ur goprig-mat, Me ‘rey doc’h daou dorn ha bizied Ha daoulagad sklêr da welet !
Santez er baradoz e vihet, Hag ho kouel e-rôk ma hani ! »
‘Oe ket he ger peurachuet Daouarn ha bizied he deus bet, Daouarn ha bizied he deus bet, Evit save Salver ar bed.
Y-F Kemener, Kanaouennoù kalon Vreizh, Skol Vreizh,Morlaix, 1996, p 104-105.

autre version en fin de Gwerz:
Koefoù Berc’hed diwar he fenn Zo bet laket d’ô’r lianenn. Daoñjer Berc’hed diwar he barlenn Zo bet laket d’ô’r mezelenn.
Neo ket ‘n ur gwele kourlinet, Ema ganet Salver ar bed, Met war un dornad plouz ha foenn, ‘tre un ejen hag un azen.
Y-F Kemener,Gwerzioù ha Sonioù, Diffusion Breizh, Spezet

Quand Joseph et Marie Se promenaient tous deux dans ce monde-ci, Joseph allait de maison en maison Pour demander un logement pour Marie.
«Bonjour à vous tous, gens de cette maison, Me logeriez-vous ici ? - Ma maison est pleine de barons, Vous êtes pauvres, vous ne serez pas logés !
- Qui est celle-là qui va par la rue Avec sa robe blanche et ses manches noires ? Mon fils, si vous avez pitié d’elle, Allez après elle et ramenez-la,
Allez après elle et ramenez-la, Mettez-la dans l’écurie, Mettez-la dans l’écurie, Un peu de paille, un peu de foin sous elle. »
Quand le coq chantait à minuit, Marie ne pouvait plus reposer : « Joseph, Joseph, dormez-vous ? - Non, Marie, que voulez-vous ?
- Il me faut un peu de lumière et une des filles de la maison ! »
Alors Joseph est allé sur le seuil de la porte Demander, si pitoyable, qu’on lui ouvre : « Messieurs, êtes-vous couchés ? Non, Joseph, que voulez-vous ?
- Il faut à Marie un peu de lumière et une des filles de la maison !
- Mes filles sont allées se coucher, sauf une que l’on appelle Brigitte, sauf une que l’on appelle Brigitte, Qui n’a ni main ni doigt,
Qui n’a ni main ni doigt, Ni de bons yeux pour voir.
- Brigitte, Brigitte, recevez mon fils, Je vous ferai un beau cadeau, Je vous donnerai deux mains et des doigts Et de bons yeux pour voir !
Sainte au paradis vous serez, Votre fête sera avant la mienne ! »
Elle n’avait pas fini de parler Qu’elle eut des mains et des doigts, Qu’elle eut des mains et des doigts, Pour recevoir le Sauveur du monde.


Y-F Kemener, Kanaouennoù kalon Vreizh, Skol Vreizh,Morlaix, 1996, p 104-105.

Autres couplets en fin de gwerz

Les coiffes de Brigitte Servirent de linge Le tablier de Brigitte Servit de langes.
Ce n’est pas dans un lit de courtine Que naquit le Sauveur du monde Mais sur une poignée de paille et de foin Entre un bœuf et un âne.

Y-F Kemener,Gwerzioù ha Sonioù, Diffusion Breizh, Spezet

Pour ceux qui connaissent la mythologie celtique on notera la main qui repousse : cf la main d'argent de Nuadha. Mais surtout l'étable est remplacée par l'écurie, et on n'est pas loin de la 3e branche du Mabinogion: la naissance de Pryderi... Pour conclure, on se demande ce qui est le plus important dans ce chant : la naissance du Sauveur ou la métamorphose de Berc'hed ?= id est le retour du printemps et de la vue...
Revenir en haut Aller en bas
http://breizh-kernow.over-blog.com/
Auetos
Utilisateur sachant se servir du forum
Utilisateur sachant se servir du forum


Nombre de messages : 28
Localisation : Telo Martius
Date d'inscription : 01/01/2008

MessageSujet: Re: Imbolc   Jeu 25 Aoû 2011 - 9:31

Merci à vous, labous-ar-vro, pour ce partage…

Je suis bien de votre avis, le catholicisme s’est imposé dans nos contrées c’est qu’il n’y avait plus de boucliers pour contrer l’épée des nouveaux venus et, surtout, il n’y avait plus la parole pour s'opposer à l’écrit.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.celtiacon-certocredaron-credima.gandi-site.net/
labous-ar-vro
Utilisateur sachant se servir du forum
Utilisateur sachant se servir du forum
avatar

Nombre de messages : 26
Age : 57
Localisation : Armorique
Date d'inscription : 18/08/2011

MessageSujet: Re: Imbolc   Jeu 25 Aoû 2011 - 17:52

Bonsoir,
je crois que les druides ont eu plus à subir militairement des Romains, ils étaient poursuivis, pourchassés parce que les Gaulois faisaient peur au monde latin... pareil en Grande Bretagne, les druides furent massacrés sur l'île de Mon (Anglesey) ce qui provoqua la révolte de Boudicca...
Par contre l'Irlande non conquise par les Romains, va se convertir rapidement, sans trop de heurts: je pense qu'ils étaient ouverts a priori à des échanges religieux. Ce n'est que plus tard qu'ils ont du s'apercevoir de leur erreur, du non dialogue et de la position intrisigeante de Rome (cf péliagisme, lutte contre l'église celtique etc...) que les moines ont voulu transmettre leur connaissance: il y a beaucoup d'écrits en Irlande malgré la violence de l'occupation anglaise, et de l'autodafé sur les livres irlandais, par contre à peine la moitié des oeuvres ont été étudiées: c'est un appel sur ce site, s'il y a des vocations , il y a de quoi faire...
Pour ma part je vais essayer de contribuer un peu en présentant un peu le premier chant d'Yscolan: le thème est proche de la gwerz bretonne Skolvan:
par contre le texte est en vers gallois (date de l'écrit vers 1250) un mot sur la versification, les vers sont sur 3 lignes et est bati sur des règles strictes (versification interne) très contraignants, par contre l'orthographe n'est pas figée.
Certains spécialistes voient en Yscolan ("l'érudit" vient de ysgol = école) le personnage de Merlin.
Sur le site de la bibliothèque nationale d'Aberystwyth, on a les documents numérisés, i.e manuscrits..., j'ai cherché une traduction en gallois moderne je n'ai pas trouvé. Les textes que je fournis ont été trouvés sur un site américain de Mary Jones qui propose plusieurs textes celtiques anciens. Je vous donne le texte en gallois original, le texte en anglais (criticable à mon avis) et la version approximative que je donne en français, très certainement criticable aussi, j'ai travaillé avec Y Geriadur Meur qui a l'avantage d'avoir les mots obsolètes. si quelqu'un peut corriger ma traduction ce sera avec bonheur, je donnerai par la suite mon interprétation du "corpus lexcal : version originale, gallois moderne, traduction en français)".
llyfr Du Caerfyrddin XXVI
Du dy uarch du dy capan. Du dy penddu duhunan.la du ae ti yscolan.
Mi iscolan yscolheic Yscawin y puill iscodic. Guae. ny buat agaut guledic.
O losci ecluis. allât buch iscol. Allyvir rod y voti. Vy penhid. ystrum kynhi.
Creaudir y creadurev. Perthidev Muyhaw. kyrraw de uni vygev. Ath vradaste. am tuyllas ynnev.
Bluytin llaun im rydoded. Ym. bangor ar paul cored.Edrich de poen imy gan mor pryued.
Bei yscuypun arvn. Mor amluch guint. y vlaen brick guit fallum. Arav vneuthume bith nys gunaun.

Black Book ofCarmarthen XXVI
Black thy horse, black thy cope, Black thy head, black thyself, Yes, black! art thou Yscolan?
I am Yscolan the scholar,Slight is my clouded reason, There is no drowning the woe of him who offends a
sovereign.
For having burnt a church, and destroyed the cattle of a school, And caused a book to be submerged, My penance is a heavy affliction.
Creator of the creatures, of supports The greatest, pardon me my iniquity! He who betrayed Thee, deceived me.
A full year was given me At Bangor on the pole of a weir; Consider thou my suffering from sea-worms.
If I knew what I now know As plain as the wind in the top branches of waving trees, What I did I should never have done.

Noir ton cheval, noire ta cape, noire ta tête et noir toi-même, oui noir es-tu Yscolan ?
Je suis Yscolan, l'érudit, léger est ma raison sauvage Malheur, ne se noie le roi hais
à brûler une église, à détruire les vaches d'une école, à noyer le livre (dans la mer) mon tourment ne peut être tu
créateur des créatures des supports, le plus grand pardonne moi mon ibniquité, qui t'a trahi, qui m'a trompé
une année entière me fut donné à Bangor sur les perches d'un barrage (??) regarde ma peine due aux vers de mer
Si je savais ce que je sais maintenant aussi évident que le vent sur le haut des branches secoués, ce que j'ai fait je ne l'aurai jamais fait

puill (= pwyll = raison), iscodic (=ysgodig=gwyllt=sauvage), agaut (=atgased ?? = haïs), yscawin (ysgafn = léger) guledic (= gwledig = roi),
boti (=boddi=noyer), penhid (= poenyd = tourment), kynhi (cynhewi = taire), kyrraw (=cyrraf=pardonner), bradaste (= bradu = trahir), tuyllas (= twyllo= tromper), bluytin llaun (blwyddyn llawn = année entière) pryued (pryfed = vers), arvn (rawn = maintenant)...

Le 2nd chant d'Yscolan est beaucoup plus long, tout aussi ardu, par contre c'est là qu'on mentionne Santes FFraid, et j'ai vraiment le sentiment d'un message codé, mais peut-être que je me trompe... En tout état de cause, en Irlande Saint Brigid est supposé être l'abbesse fondatrice de Kildare (=cill dare, l'église du chêne) . Gwenn ho ped.
Revenir en haut Aller en bas
http://breizh-kernow.over-blog.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Imbolc   

Revenir en haut Aller en bas
 
Imbolc
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Imbolc : 1er février 2012
» Imbolc.
» Nos projets pour Imbolc (2013)
» Rituel d'imbolc commun
» Imbolc 2014

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du magazine Keltia :: Culture Ancienne :: Tradition-
Sauter vers: