Forum du magazine Keltia
Bienvenu(e) sur le Forum de Keltia Magazine




 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Accés au site de Keltia
Page Facebook
Google + Keltia
Navigation rapide
 Culture moderne
   Agenda
   Musique
   Voyages
   Sports

   Histoire
   Artisanat
   Traditions

Amis et Partenaires

Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» Projet BD Cuchulainn
Sam 24 Juin 2017 - 8:25 par carantia

» Trophé Ronsed Mor 2017
Mer 10 Mai 2017 - 5:50 par carantia

» Keltia n° 42 est paru !
Sam 6 Mai 2017 - 7:36 par carantia

» Suivez nous au Pays des Contes avec Remy Cochen
Jeu 4 Mai 2017 - 9:33 par carantia

» Découverte d'une nécropole en Angleterre de La Tène
Dim 26 Mar 2017 - 6:57 par carantia

» PALEO YOGA /-2500/+1200
Mer 8 Mar 2017 - 14:05 par basulos

» Les Derniers Trouvères
Lun 6 Mar 2017 - 12:15 par carantia

» Printemps littéraire d'Erdeven - Contes & légendes de Bretag
Dim 26 Fév 2017 - 13:05 par carantia

» Conférence Jean-Paul Savignac à Erdeven (56), le 25 février 2017
Dim 26 Fév 2017 - 10:45 par carantia

» Conférence de Bernard Sergent à Paris, le 27 février 2017
Jeu 16 Fév 2017 - 7:00 par carantia

» Keltia Magazinbe n° 41
Dim 5 Fév 2017 - 14:12 par carantia

» Les fermes gauloises de Kervouyec (Quimper / Finistère)
Dim 15 Jan 2017 - 9:47 par Catusagios

» La ferme gauloise de Vitré
Dim 15 Jan 2017 - 9:45 par Catusagios

» Le livre de la jungle en breton !
Mer 4 Jan 2017 - 8:27 par carantia

» AFC du Pays Vénète
Lun 2 Jan 2017 - 7:49 par carantia

» Stand AFC du Pays Vénète au Marché de Noël d'Erdeven
Jeu 15 Déc 2016 - 16:59 par carantia

» La Bretagne menacée par des projets de forages miniers !!!
Mer 14 Déc 2016 - 17:10 par carantia

» "Les Plantes sacrées dans l'Imaginaire celtique", Pascal Lamour
Sam 10 Déc 2016 - 17:31 par carantia

» Elections Bretonnes pour le Parlement de Bretagne
Mer 30 Nov 2016 - 8:03 par carantia

» Pétition pour Alesia
Mar 15 Nov 2016 - 7:12 par carantia


Partagez | 
 

 Ardennes : découverte d'une tombe gauloise exceptionnellement bien conservée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Catusagios
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 1045
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: Ardennes : découverte d'une tombe gauloise exceptionnellement bien conservée   Mer 25 Juin 2014 - 5:52

Ardennes : découverte d'une tombe gauloise exceptionnellement bien conservée



Si l'Égypte a ses tombes pharaoniques, le nord-est de la France a ses tombes à char de guerriers gaulois. De véritables trésors.


Les archéologues n'ont plus que quelques jours pour récupérer les éléments de la tombe à char découverte dans les Ardennes. © DR


Voilà presque vingt-trois siècles que cet aristocrate rème dort paisiblement dans sa tombe ardennaise, allongé sur un char d'apparat. Au-dessus de sa tête, il entend les paysans travailler leur terre sans relâche. Mais le bruit du tracteur a remplacé le meuglement des boeufs. Sa famille lui a laissé de quoi boire et manger, et en cas d'attaque, il garde ses armes à portée de main. Même ses fidèles chevaux ont été sacrifiés avant d'être enterrés dans sa tombe, prêts au service en cas de besoin. Il croyait cette vie éternelle quand, à l'automne 2013, le ciel lui tombe sur la tête : des bruits de tractopelles se font entendre. On commence à creuser. Merde, il n'y a plus de respect pour les ancêtres dans cette France du XXIe siècle ! Puis, des hommes armés jusqu'aux dents de brosses à dents, d'éponges et de truelles s'attaquent à sa dernière demeure. Encore ces fouineurs d'archéologues !

REGARDEZ la tombe à char au coeur des Ardennes

En choisissant ce coin perdu des Ardennes (sur la commune de Warcq) comme lieu de sépulture, le fier Rème n'avait pas prévu que celle-ci serait sur le trajet de l'autoroute A304, financée par l'État et la région Champagne-Ardennes. D'où cette découverte. Après un petit débat local, c'est l'Inrap (Institut national de recherches archéologiques préventives) qui a été chargé de la fouille. À vrai dire, les tombes à char ne manquent pas dans le nord-est de la France où plusieurs centaines sont déjà répertoriées. Depuis le VIe siècle avant J.-C. (âge de fer), l'aristocratie gauloise enterre ses chefs dans des fosses, allongés sur leur char. Seulement, dès le début de la fouille, la tombe de Warcq apparaît comme exceptionnelle. Émilie Millet, archéologue à l'Inrap, spécialiste du mobilier, en énumère les raisons : "Non seulement elle n'a pas été pillée, mais sa taille - quinze mètres carrés - est immense. Par ailleurs, l'humidité du sol a permis de conserver le coffrage en bois, ce qui est très rare. Le couvercle s'est effondré sur le char et son occupant, que nous devons encore dégager. Il peut s'agir d'un chef, mais l'hypothèse d'une femme de l'aristocratie ne peut pas être écartée." Homme ou femme, le défunt appartenait probablement à la fameuse tribu gauloise des Rèmes, une des premières à s'être installée en Gaule, plusieurs siècles avant notre ère, dans la région Champagne-Ardennes.

Feuilles d'or et mini-chevaux

Ce lundi-là, une demi-douzaine d'archéologues travaillent à dégager minutieusement les éléments de la tombe, perchés sur des plateformes métalliques. Deux d'entre eux dégagent l'une des deux roues du char, dont il ne reste que le cerclage métallique. Il y a quelques jours, ils ont eu la surprise de leur vie en découvrant des traces d'or. "Apparemment, le bandage intérieur des roues était recouvert de feuilles d'or. Ce qui nous laisse penser qu'il s'agirait plutôt d'un char d'apparat", explique Bertrand Roseau, archéologue du département des Ardennes et responsable des fouilles. Dans un coin de la tombe, les squelettes de deux chevaux ont été exhumés, étonnamment petits. "Les chevaux gaulois ne dépassent guère 1, 30 m au garrot", poursuit Roseau. Un des archéologues est justement en train de dégager le crâne de l'un d'eux, coincé sous l'une des roues du char. Dorénavant, l'équipe est impatiente de démonter le toit en planches pour faire connaissance avec l'occupant. C'est qu'il ne faut pas traîner. Officiellement, il ne reste que trois jours de fouilles avant de remettre le site aux entreprises de travaux publics. Or chaque planche pourrie doit être enrobée dans des bandes de plâtre avant d'être prélevée. C'est long. Ensuite, il faudra avancer lentement pour ne rien détruire. Impossible en trois jours !

Le président du conseil général des Ardennes, le sénateur Benoit Huré, est venu sur place rassurer les archéologues : "Vous aurez tout le temps nécessaire pour fouiller correctement cette tombe. Une semaine ou plus s'il le faut", promet-il à Bertrand Roseau. Dans sa tombe, le défunt peste comme un damné. Être expulsé de chez lui après 23 siècles d'occupation ! Quelle honte. Pour être rangé dans un tiroir en compagnie de centaines d'autres ossements anonymes. Décidément, il n'y a aucun respect à attendre de ces lointains descendants qui revendiquent pourtant, avec fierté, leurs ancêtres gaulois...


Voir la vidéo : http://www.lepoint.fr/culture/ardennes-decouverte-d-une-tombe-gauloise-exceptionnellement-bien-conservee-24-06-2014-1840031_3.php


Par FRÉDÉRIC LEWINO ET NINA BONTEMPS-TERRY


Source : Le Point
Revenir en haut Aller en bas
http://www.keltia-magazine.com
Catusagios
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 1045
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: De l'or dans une tombe à char gauloise   Ven 27 Juin 2014 - 5:50

De l'or dans une tombe à char gauloise


Une tombe gauloise sur le chantier de l'autoroute A304 à Warcq (Ardennes). © Denis Gliksman, Inrap

De l'or ! A genoux dans la glèbe, l'archéologue gratouille l'antique ferraille corrodée plantée dans le sol. Oui, c'est bien un fragment de feuille d'or ! L'équipe de l'Institut national de recherches archéologiques préventives est stupéfaite, puis enthousiaste. Non seulement, la tombe à char située sur le chantier de l'autoroute A304, à Warcq (Ardennes), n'a pas été pillée, mais les parois en bois garnissant la fosse sont conservées. On devine les roues du char et deux squelettes de chevaux."Sous le toit effondré, on pourrait découvrir les restes d'un chef gaulois ou d'une femme aristocrate", note Emilie Millet, archéologue. En principe, la tombe devrait être rendue aux bulldozers ce jeudi. Mais on ne voit pas comment l'Etat, maître d'oeuvre du chantier, pourrait refuser un délai. Les chars automobiles attendront...

FRÉDÉRIC LEWINO

Source : http://www.lepoint.fr/de-l-or-dans-une-tombe-a-char-gauloise-26-06-2014-1840871_19.php
Revenir en haut Aller en bas
http://www.keltia-magazine.com
Catusagios
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 1045
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: Reportages    Dim 29 Juin 2014 - 7:26



Dernière édition par Catusagios le Lun 30 Juin 2014 - 7:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.keltia-magazine.com
Catusagios
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 1045
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: Découverte d’une tombe à char gauloise exceptionnelle à Warcq (Ardennes) - INRAP   Lun 30 Juin 2014 - 6:28

Découverte d’une tombe à char gauloise exceptionnelle à Warcq (Ardennes)


Une équipe mixte, composée d’archéologues de la cellule départementale d’archéologie des Ardennes et de l’Inrap, mène actuellement la fouille d’une tombe aristocratique gauloise à Warcq (Ardennes). Sur prescription de l’État (Drac Champagne-Ardenne), ce chantier est réalisé sur le tracé de l’autoroute A304, aménagé par la Dreal, entre Charleville-Mézières et Rocroi.


Depuis le 3 juin et pour une durée de trois semaines, archéologues et anthropologue dégagent cette « tombe à char ». Ce type de tombe aristocratique émerge dès le VIIe siècle avant notre ère – au cours du premier âge du Fer – et s’achève avec la fin de la période gauloise, au début de notre ère. Les chars les plus anciens sont équipés de 4 roues (comme celui de Vix) ; et de 2 roues au second âge du Fer. Le défunt, homme ou femme, est généralement inhumé sur le char, objet de prestige et symbole social. La Champagne-Ardenne est célèbre pour de telles découvertes (notamment Bourcq et Semide dans les Ardennes…) généralement datées du début du second âge du Fer (Ve-IVe siècles avant notre ère).


Pour l’heure, la fouille n’a dévoilé que les niveaux supérieurs de la chambre funéraire de 15 m². Sa couverture en bois est constituée de planches soutenues par une travée centrale et des montants sur les parois de la fosse. Plusieurs éléments du char apparaissent déjà : les bandages de fer des roues dont l’intérieur est recouvert de feuilles d’or, de probables cabochons de moyeux en bronze sertis de pâte de verre, des planches. Enfin, dans l’angle sud-est, des éléments décoratifs en bronze ont été découverts encore engagés dans le bois du timon. Pour l’heure, ces objets atypiques ne permettent pas de situer précisément la chronologie de cette tombe à char.
Par ailleurs, fait rarement observé, le long de la paroi ouest, sont apparus deux chevaux de petite taille dont les restes osseux sont encore en connexion.Au final, tous ces éléments offrent, semble-t-il, peu de comparaisons avec les tombes à char connues à ce jour, ce qui renforce le caractère exceptionnel de cette découverte.


Source  : http://www.inrap.fr/archeologie-preventive/Actualites/Communiques-de-presse/p-18400-Decouverte-d-une-tombe-a-char-gauloise-exceptionnelle-a-Warcq-Ardennes-.htm
Revenir en haut Aller en bas
http://www.keltia-magazine.com
carantia
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 1179
Age : 52
Localisation : Bro Gwened
Date d'inscription : 03/10/2006

MessageSujet: Re: Ardennes : découverte d'une tombe gauloise exceptionnellement bien conservée   Dim 6 Juil 2014 - 17:50

PHOTOS. La fouille de la tombe à char finit en apothéose

Publié le 04/07/2014
Par Guillaume Lévy


WARCQ (08). Cerise sur le tombeau : le Gaulois enterré dans une tombe à char porte un collier en or autour du cou. La fouille s’achève aujourd’hui.







Même en rêve, aucun des archéologues de la Cellule départementale n’aurait imaginé faire une découverte pareille. « La découverte d’une vie », s’enthousiasme l’un d’eux. En fouillant, entre les mois d’août et d’octobre 2013, les abords d’une villa romaine (exactement un « établissement rural »), au lieu-dit La Sauce à Warcq, très peu d’entre eux pensaient mettre le doigt sur une tombe à char. Et ils étaient moins nombreux encore à envisager ce qu’ils trouveraient dedans, sous le regard éberlué des médias, locaux puis nationaux.
Jusqu’au dernier jour de la fouille, celle-ci s’est avérée extraordinaire. Alors qu’ils inspectaient, mercredi, le squelette de l’aristocrate gaulois enterré ici vers 150 avant notre ère, les archéologues ont découvert un objet rond sous sa tête. Responsable de la Cellule archéologique départementale et de la fouille, Bertrand Roseau raconte. « Nous étions sur le squelette, dont il reste peu de choses, à l’exception des fémurs, des mâchoires, d’une partie du crâne et de la colonne vertébrale. C’est en nettoyant minutieusement les os, que nous avons découvert qu’il portait un collier. Un collier en or. »
Une récompense, encore une, pour le travail réalisé par les chercheurs ardennais, en collaboration étroite avec ceux de l’Inrap (Institut national de recherches archéologiques préventives). Ces dernières semaines, ils avaient déjà découvert que l’habit du mort portait des perles et que la chambre funéraire, d’une taille exceptionnelle (environ cinq mètres sur trois), était ornée de trois vases. Que le chef gaulois avait été inhumé avec pas moins de quatre chevaux (une espèce gauloise de petite taille, environ 1,30 mètre au garrot), ce qui en fait une première en France !
Un homme adulte d’environ 1,70 mètre
Enterré avec son char, selon une tradition funéraire pratiquée par les Celtes à l’Âge de fer, ce prince de la tribu des Rèmes avait aussi vu son ultime « bolide » décoré finement à la feuille d’or, les moyeux ornés de bronze et sertis de pâtes de verre. De nouvelles pâtes de verre rouge ont été mises au jour cette semaine. De même que « deux séries de six objets en bronze, l’un sur la jambe droite, l’autre près des vases, qui devaient décorer la caisse du char ».
Au terme de cette aventure archéologique passionnante, qui va désormais laisser la place à une étude approfondie, les chercheurs en savent aussi un peu plus sur cet ancêtre gaulois. « Nous avons maintenant tout le squelette. C’était un adulte, assez grand, d’environ 1,70 mètre, détaille Bertrand Roseau. Comme nous avons découvert près de lui des objets de toilette comme un rasoir (une lame de fer) et des forces (une sorte de pinces), nous sommes quasiment certains que c’était bien un homme.  »
Dernière satisfaction : la mâchoire est presque intacte. « Les dents sont bien conservées. Cela va nous permettre de définir l’âge qu’il avait lorsqu’il est mort. »

Le travail ne fait que commencer
Et maintenant, que fait-on ? Cela dépend du « maintenant ». À très court terme, on remballe. Une entreprise va démonter le chapiteau et les bulldozers vont reprendre possession des lieux. Quant aux archéologues, ils vont emporter « tout ce qui peut l’être » (objets, os bien conservés comme les fémurs et les dents), dans des réserves que possède l’Inrap près de Châlons-en-Champagne.
À moyen terme, place à l’étude. Elle pourra durer jusqu’à deux ans. Les anthropologues vont se pencher sur le squelette, les archéozoologues sur les chevaux. Les spécialistes des objets (en terre comme les vases, en métal comme le collier) vont examiner les trésors découverts dans la chambre funéraire. Enfin, à plus long terme, il faut laisser travailler un peu son imagination. Vu l’importance de la découverte, on peut espérer qu’elle ne finira pas dans une sombre réserve nationale, mais sera exposée à la vue de tous. Dans les Ardennes ? Peut-être. Ce sera, pour beaucoup, une question de politique… et de gros sous. « Ce n’est pas tout de dire Il faut que ça reste dans les Ardennes ! Pour que le Gaulois soit présenté, par exemple, au musée de l’Ardenne, il faut déjà investir dans de bonnes conditions de conservation et de muséographie », avance un chercheur. La nouvelle municipalité n’y serait pas opposée.

_________________
Keltia, le Magazine des Celtes !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.keltia-magazine.com
Catusagios
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 1045
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: MAJ : La sépulture aristocratique de Warcq : une exceptionnelle tombe à char gauloise (Ardennes)   Lun 28 Juil 2014 - 8:00

La sépulture aristocratique de Warcq : une exceptionnelle tombe à char gauloise (Ardennes)


Une équipe mixte, composée d’archéologues de la cellule départementale d’archéologie des Ardennes et de l’Inrap, vient d’achever la fouille de la tombe aristocratique gauloise de Warcq (Ardennes). Sur prescription de l’État (Drac Champagne-Ardenne), ce chantier a été entrepris sur le tracé de l’autoroute A304, aménagé par la Dreal, entre Charleville-Mézières et Rocroi. Ce type de tombe aristocratique, contenant un char d’apparat ou de guerre, émerge dès le VIIe siècle avant notre ère et disparait avec la fin de la période gauloise. La Champagne-Ardenne est célèbre pour de telles pratiques funéraires, généralement datées du début du second âge du Fer (Ve-IVe siècles avant notre ère).

© Denis Gliksman / Inrap


Le défunt, son char, ses chevaux et son riche mobilier …
Les vestiges mis au jour dans la tombe de Warcq s’avèrent aujourd’hui exceptionnels. La vaste chambre funéraire (5,50 x 2,80 m) est préservée sur plus d’un mètre d’épaisseur. Dans ce milieu humide, son coffrage et son plafond de bois se sont très bien conservés. Au cours du temps, ce dernier s’est directement effondré sur le sol de la chambre, le défunt et ses biens.


Deux chevaux inhumés dans la sépulture
© Denis Gliksman / Inrap

Le mobilier funéraire exhumé est d’une grande richesse. Il se compose d’un char à deux roues, d’apparat. Le véhicule est finement décoré, notamment de pièces de  bronze, parfois serties de pâte de verre bleu foncé ou jaune sur la caisse et les moyeux. D’autres objets de bois plus énigmatiques sont encore recouverts d’une fine feuille d’or.


La tombe à char de Warcq en cours de fouille
© Denis Gliksman / Inrap

Un des éléments les plus spectaculaires est l’inhumation de quatre chevaux : deux dans les angles sud-ouest et nord-ouest, deux à l’avant du char, sous le joug. Le défunt, probablement un homme, repose sur la caisse du char. Un exceptionnel collier d’or, probablement sur trame de cuir ou de bois, enserre encore son cou. Une fibule est liée à ses vêtements. Un fourreau d’épée ployé, une paire de forces et un rasoir en fer reposent à ses côtés.


L'aristocrate sur son char et une partie du mobilier l'accompagnant dans l'au-delà
© Denis Gliksman / Inrap

Trois vases en céramique, entiers, ont été écrasés lors de l’effondrement du plafond de la chambre. Enfin, un cochon constitue une des offrandes alimentaires. Tout indique ici une mise en scène funéraire élaborée, très spectaculaire, dont certains aspects sont fort peu courants dans les tombes à char de Champagne. Tout d’abord, la présence de quatre chevaux, mais aussi celle d’un fourreau d’épée plié en deux, une pratique fréquente dans les sépultures celtiques d’Italie du Nord mais peu attestée en Gaule. De même, l’un des vases, de forme balustre, porte un décor géométrique, probablement réalisé à l’étain dont aucun équivalent n’a encore été reconnu en France. Enfin, et avant même d’en définir la chronologie précise, de nombreux indices permettent d’attribuer la tombe à char de Warcq à la fin du IIe siècle ou au début du Ier siècle avant notre ère (La Tène D1), période où ce mode d’inhumation a pratiquement disparu.


Collier d'or
© Denis Gliksman / Inrap

La cellule départementale d’Archéologie des Ardennes
Le Conseil général des Ardennes s’est doté d’une cellule départementale d’Archéologie pour réduire les délais d’intervention, diffuser et valoriser les découvertes auprès des Ardennais et pour la recherche et la diffusion à la communauté scientifique. Dotée de 6 agents permanents, elle a été agréée le 22 juin 2009 par le ministère de la Culture et de la Communication pour la réalisation des diagnostics sur le territoire départemental, et de fouilles gallo-romaines et médiévales. Cet agrément vient d’être renouvelé pour 5 ans à compter du 22 juin 2014. En cinq ans, la cellule départementale a réalisé 84 opérations de diagnostic pour une superficie de 458 hectares.

Anneaux passe-guides reposant sur un des chevaux
© Denis Gliksman / Inrap



Aménagement
Dreal

Contrôle scientifique
Service régional de l’Archéologie (Drac Champagne-Ardenne)

Recherche archéologique
Cellule départementale d’Archéologie des Ardennes / Inrap

Responsable scientifique
Bertrand Roseau, cellule départementale d’Archéologie des Ardennes (Conseil général des Ardennes)

Spécialistes objets métalliques gaulois, anthropologie, archéozoologie, céramologie
Émilie Millet, Sandrine Thiol, Alessio Bandelli, Marion Saurel (Inrap)

Source : http://www.inrap.fr/archeologie-preventive/Actualites/Communiques-de-presse/p-18609-La-sepulture-aristocratique-de-Warcq-une-exceptionnelle-tombe-a-char-gauloise-Ardennes-.htm#
Revenir en haut Aller en bas
http://www.keltia-magazine.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ardennes : découverte d'une tombe gauloise exceptionnellement bien conservée   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ardennes : découverte d'une tombe gauloise exceptionnellement bien conservée
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Découverte de la tombe d'un apôtre
» Ymonville: découverte d'une ville gauloise
» Découverte d'une tombe prédynastique
» Bondy : des vestiges de près de 2 000 ans
» Découverte de la tombe de Saint Étienne, le premier martyr, à Ramallah (Israël)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du magazine Keltia :: Culture Ancienne :: Archéologie-
Sauter vers: