Forum du magazine Keltia
Bienvenu(e) sur le Forum de Keltia Magazine




 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Accés au site de Keltia
Page Facebook
Google + Keltia
Navigation rapide
 Culture moderne
   Agenda
   Musique
   Voyages
   Sports

   Histoire
   Artisanat
   Traditions

Amis et Partenaires

Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» Projet BD Cuchulainn
Sam 24 Juin 2017 - 8:25 par carantia

» Trophé Ronsed Mor 2017
Mer 10 Mai 2017 - 5:50 par carantia

» Keltia n° 42 est paru !
Sam 6 Mai 2017 - 7:36 par carantia

» Suivez nous au Pays des Contes avec Remy Cochen
Jeu 4 Mai 2017 - 9:33 par carantia

» Découverte d'une nécropole en Angleterre de La Tène
Dim 26 Mar 2017 - 6:57 par carantia

» PALEO YOGA /-2500/+1200
Mer 8 Mar 2017 - 14:05 par basulos

» Les Derniers Trouvères
Lun 6 Mar 2017 - 12:15 par carantia

» Printemps littéraire d'Erdeven - Contes & légendes de Bretag
Dim 26 Fév 2017 - 13:05 par carantia

» Conférence Jean-Paul Savignac à Erdeven (56), le 25 février 2017
Dim 26 Fév 2017 - 10:45 par carantia

» Conférence de Bernard Sergent à Paris, le 27 février 2017
Jeu 16 Fév 2017 - 7:00 par carantia

» Keltia Magazinbe n° 41
Dim 5 Fév 2017 - 14:12 par carantia

» Les fermes gauloises de Kervouyec (Quimper / Finistère)
Dim 15 Jan 2017 - 9:47 par Catusagios

» La ferme gauloise de Vitré
Dim 15 Jan 2017 - 9:45 par Catusagios

» Le livre de la jungle en breton !
Mer 4 Jan 2017 - 8:27 par carantia

» AFC du Pays Vénète
Lun 2 Jan 2017 - 7:49 par carantia

» Stand AFC du Pays Vénète au Marché de Noël d'Erdeven
Jeu 15 Déc 2016 - 16:59 par carantia

» La Bretagne menacée par des projets de forages miniers !!!
Mer 14 Déc 2016 - 17:10 par carantia

» "Les Plantes sacrées dans l'Imaginaire celtique", Pascal Lamour
Sam 10 Déc 2016 - 17:31 par carantia

» Elections Bretonnes pour le Parlement de Bretagne
Mer 30 Nov 2016 - 8:03 par carantia

» Pétition pour Alesia
Mar 15 Nov 2016 - 7:12 par carantia


Partagez | 
 

 Évolution d’une ferme gauloise à l’époque antique et établissement médiéval à Palaiseau

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Catusagios
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 1045
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: Évolution d’une ferme gauloise à l’époque antique et établissement médiéval à Palaiseau   Jeu 27 Mar 2014 - 8:03

Évolution d’une ferme gauloise à l’époque antique et établissement médiéval à Palaiseau


Fouille d'un bâtiment et du bassin aménagé datés de la période antique.  
© Cyril Giorgi, Inrap.

Dans le cadre de l’aménagement du quartier de l’École polytechnique, situé sur les communes de Palaiseau et de Saclay, une équipe de l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap) fouille, sur prescription de l’État (Drac Île-de-France), une emprise de près de 2 ha. Les principaux vestiges mis au jour depuis novembre 2013 sont datés des époques gauloises, romaines et médiévales.

Une occupation pérenne, des Gaulois...

L’occupation gauloise, principalement datée des IIe-Ier siècles avant notre ère (La Tène finale), est identifiée grâce à la présence d’un vaste système de fossés et de nombreuses structures en creux : puits, fosses et trous de poteaux. Les fossés en « V » atteignent plus de 2,50 m de largeur et des profondeurs jusqu’à 2 m. Leur comblement livre aux archéologues un abondant mobilier. Ces vestiges sont très variés, on recense de nombreux éléments lithiques, fauniques, métalliques et céramiques protohistoriques (limitées à fin de la période gauloise et au début de la période antique). Des amphores italiques témoignent d’importation de vin et d’échanges à longues distances. Les archéologues ont également identifié plusieurs bâtiments sur poteaux et ont relevé des structures évoquant la présence de bâtiments de stockage, d’habitations, de palissades…

De nombreux vestiges d’un atelier de forge attestent une activité artisanale du fer. Les activités de mouture sont également représentées par la présence de meules rotatives en grès et en pierre à meulière. La découverte d’un dépôt mêlant amphores et fragments de meules suggère une pratique cultuelle ou la présence d’une inhumation, aujourd’hui disparue.


Vue générale du site.
© Capt'Air, Inrap.
...à l’époque romaine

L’occupation antique (du Ier au IVe siècle) semble reprendre la trame fixée à l’époque gauloise, tout en se développant par la suite, avec la création de bâtiments sur poteaux et de bâtiment maçonnés, potentiels vestiges de la pars urbana d’une villa.

Le mobilier est également abondant, varié, et très bien conservé. Il comprend de nombreux vestiges scoriacés (déchets de forge), des éléments céramiques dont certains sont complets, fauniques, métalliques (monnaies, clous, éléments de parure…) et architecturaux : torchis, imbrices, tegulae (tuiles)… Le mobilier céramique est principalement daté du Ier siècle avant notre ère jusqu’au IIIe siècle. Il permet d’envisager une continuité entre les deux occupations.

La confrontation des réseaux fossoyés de la parcelle avec ceux de sites précédemment fouillés à proximité immédiate de l’actuel site permet d’estimer la superficie totale de l’exploitation à environ 8 ha. Cette trame, fixée dès les IIe-Ier siècles avant notre ère, perdurerait pendant tout le Haut-Empire, avec une modification progressive des espaces pour atteindre au cours des IIIe-IVe siècles un complet renouveau puis un abandon du site.

L’importance de cette fouille ne tient pas réellement à la qualité des vestiges et à leur état de conservation mais à la vision élargie d’une occupation pluriséculaire, étendue sur une surface totale de près de 8 ha, ce qui en ferait l’un des sites les plus importants de la région.


Puits antique.
© Cyril Giorgi, Inrap.


L’occupation médiévale : une plateforme castrale ?


Le site n’a livré aucun vestige pour la période comprise entre le IVe siècle et la fin du Xe siècle. Ce n’est qu’aux XIe-XIIe siècles qu’une nouvelle occupation enclose d’une superficie de 2 000 m² apparait.

L’enclos ovale, délimité par des fossés, se développait sur 50 m de long et 40 m de large. L’accès, marqué par un probable porche, se faisait par une interruption à l’est. À l’intérieur de l’enclos, plus de quatre-vingt-dix trous de poteaux témoignent de l’existence d’un ou plusieurs bâtiments à ossature de bois, de grandes dimensions. La taille des trous de poteaux atteste le caractère imposant et ostentatoire du bâtiment principal, dont la surface semble atteindre plus de 120 m². À l’écart de la zone bâtie, plusieurs vestiges évoquent les restes de structures de stockage, et d’activités artisanales. Les vestiges mobiliers (céramiques, restes osseux, métal, verre, terres cuites architecturales…) sont peu nombreux et ne présentent pas de particularité. L’originalité de l’occupation réside plus dans sa forme et sa taille, qui s’apparenterait à une maison forte à plateforme fossoyée, dont peu d’exemples sont actuellement répertoriés sur le territoire. De plus, à l’est et au sud de l’enclos, d’autres vestiges médiévaux plus épars attestent une occupation s’étendant sur une superficie totale d’au moins 6 000 m².

L’étude des parcelles adjacentes permettra de mieux appréhender cette occupation et l’importance qu’elle pouvait avoir à l’échelle du plateau de Saclay.

À propos de l’Établissement public Paris-Saclay

L’Établissement public Paris-Saclay, créé en 2010 par la loi relative au Grand Paris, impulse et coordonne le développement du pôle scientifique et technologique du plateau de Saclay, ainsi que son rayonnement international. Il est aménageur de zones d’aménagement concerté dans le périmètre de l’Opération d’intérêt national.
Le projet opérationnel est aujourd’hui mis en œuvre dans les deux quartiers de l’École polytechnique et de Moulon :
- 126 100 m² de chantiers sont en cours ou en passe d’être lancés : EDF Lab, Digitéo Labs / INRIA, extension des laboratoires de l’École polytechnique, Lieu de Vie, Institut des sciences moléculaires d’Orsay, Centre de nanosciences et de nanotechnologies...
- 181 400 m² sont attribués : Quaero (CNRS), ENSAE ParisTech, Institut Mines-Télécom, École Centrale Paris – bâtiment A, École normale supérieure de Cachan, radar de Palaiseau, 330 logements étudiants, 2 restaurants et commerces …
- 106 200 m² sont en cours de consultation : Institut Climat Environnement, Pôle de recherche Neurosciences, École Centrale – bâtiment B, Centre de Physique, Matière et Rayonnement de l’Université Paris-Sud, Institut photovoltaïque d’Île-de-France, halle multisports mutualisée …
- 167 000 m² sont à venir : Pôle Pharmacie-Biologie-Chimie de l’université Paris-Sud, AgroParisTech / INRA, Incubateur-Pépinière-Hôtel d’entreprises, bâtiment enseignement mutualisé, Learning Center…
- S’y ajoutent 168 000 m² de logements étudiants et 380 000 m² de logements familiaux pour lesquels des consultations seront lancés début 2014.

Source  : http://www.inrap.fr/archeologie-preventive/Actualites/Communiques-de-presse/p-17900-Evolution-d-une-ferme-gauloise-a-l-epoque-antique-et-etablissement-medieval-a-Palaiseau.htm
Revenir en haut Aller en bas
http://www.keltia-magazine.com
 
Évolution d’une ferme gauloise à l’époque antique et établissement médiéval à Palaiseau
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» vestiges d'une ferme gauloise à Montoir-de-Bretagne (pres st nazaire)
» Une ferme gauloise fortifiée
» Wissous : sous les avions, une ferme gauloise
» découverte archéologique époque gauloise à Quimper
» Des traces d’une ferme gauloise et d’un village gallo-romain dans l’Essonne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du magazine Keltia :: Culture Ancienne :: Archéologie-
Sauter vers: